Cyclisme - Opération maintien dans le World Tour pour la formation Cofidis

·3 min de lecture

Actuellement 19e du classement mondial cumulé sur les deux dernières années, l'équipe Cofidis devra impérativement gagner des courses en 2022 pour espérer se maintenir au sein de l'UCI World Tour. Des points à prendre, mais pas n'importe comment Ce jeudi matin à Paris, Thierry Vittu, DRH du groupe Cofidis et président de Cofidis compétition, a voulu dresser un bilan satisfaisant de la saison écoulée de son équipe en n'oubliant pas d'ajouter qu'il « fallait faire mieux en 2022 ». Et pour cause ! Le grand patron a juste voulu se montrer optimiste en disant que sa formation avait terminé 15e du classement mondial en 2021. Or, dans le cadre de la réforme mondiale du cyclisme, l'équipe nordiste pointe au 19e rang au bout de deux ans, sachant que seules dix-huit formations pourront évoluer en Première division l'an prochain. Si l'heure peut paraître grave, Cédric Vasseur, manager général, ne compte pas céder à la pression du « point UCI à n'importe quel prix ». « Je ne veux pas qu'on entre dans un schéma mathématique, dit-il. Je me refuse de demander à mes coureurs de prendre le départ des courses juste pour prendre des points. Je demande qu'ils aient des comportements victorieux et il n'y aura pas de questions à se poser. » Adieu Elia Viviani, bonjour Bryan Coquard À l'occasion de son retour au sein du World Tour en 2020, l'équipe Cofidis n'avait pas hésité à mettre la main à la poche pour s'attacher les services d'Elia Viviani, star incontestée du sprint mondial en provenance de Quick-Step. Au bout de deux saisons, tout le monde chez Cofidis s'accorde à dire que l'Italien n'a pas répondu présent au niveau comptable, tout en appréciant son côté humain. Du côté des points UCI, l'ancien champion d'Europe a clairement mis la demeure en péril. lire aussi Vasseur : « Sur le plan sportif, Viviani a été un échec » Pour rattraper le coup, et parce que Vasseur est logiquement persuadé qu'un sprinteur peut ramener un beau matelas de points au terme d'une saison, les dirigeants de Cofidis n'ont pas eu à traverser les frontières. Ils ont même considéré que Bryan Coquard, en fin de contrat avec B & B Hôtels, pouvait être clairement l'homme de la situation. « Si Bryan retrouve son niveau de 2016, et j'en suis sûr, il est capable de gagner à nouveau des courses au sprint et même de compenser le départ de Christophe Laporte (vers Jumbo-Visma), que nous avons essayé de retenir, grâce à ses talents de puncheur », est persuadé Vasseur. Guillaume Martin préservé, Ion Izagirre en soutien Dans l'esprit de la formation Cofidis, il est clair que Guillaume Martin reste toujours la figure emblématique du groupe nordiste. Il fallait désormais juste un peu le soulager au regard des nombreuses échéances sportives à venir. En entrant dans le top dix du Tour (8e) et de la Vuelta (9e) l'an passé, le Normand avait sans doute besoin de ne plus être l'attraction de l'équipe pour espérer briller encore un peu plus. « En 2022, on veut clairement le soulager, insiste Vasseur. En perdant Elia (Viviani) et Christophe (Laporte), on ne veut surtout pas que toute la pression de l'équipe repose sur ses épaules car je pense, à mon sens, qu'il n'est pas encore prêt à l'assumer totalement. Il a encore quelques lacunes dans le contre-la-montre et je suis persuadé que les arrivées de Benjamin Thomas et Max Walsheid vont l'aider à combler ses lacunes. On a également fait venir un garçon comme Ion Izagirre, qui a gagné sur le Giro, sur le Tour et sur la Vuelta, car je pense que ça va pousser Guillaume à l'excellence. Guillaume est un coureur qui aime bien être challengé et l'arrivée de Ion (Izagirre) va l'obliger à revisiter son programme de courses qui passera notamment cette année par une participation au Giro et au Tour. » L'effectif Cofidis 2022 Arrivées : Sander Armée (BEL, 35 ans, Qhubeka-NextHash) ; François Bidart (27 ans, Ag2r-Citroën) ; Davide Cimolai (ITA, 32 ans, Israël-Start Up Nation) ; Bryran Coquard (29 ans, B & B Hôtels) ; Alexandre Delettre (24 ans, Delko) ; Ion Izagirre (ESP, 32 ans, Astana) ; Wesley Kredrer (HOL, 31 ans, Intermarché-Wanty-Gobert) ; Alexis Renard (22 ans, Israël-Start Up Nation) ; Hugo Toumire (20 ans, néo-pro VC Rouen 76) ; Davide Villella (ITA, 30 ans, Movistar) ; Maximilian Walscheid (ALL, 28 ans, Qhubeka-NextHash) ; Axel Zingle (23 ans, néo-pro CC Etupes).
Départs : Fernando Barcelo (ESP, 25 ans, Caja Rural) ; Nicolas Edet (34 ans, Arkéa-Samsic) ; Christophe Laporte (29 ans, Jumbo-Visma) ; Fabio Sabatini (ITA, 36 ans, retraite) ; Elia Viviani (ITA, 32 ans, Ineos Grenadiers) ; Attilio Viviani (ITA, 25 ans, ?) ; Natnaël Berhane (ERY, 31 ans, ?) ; Jempy Drucker (LUX, 35 ans, ?) ; Nathan Haas (AUS, 32 ans, retraite) ; Emmanuel Morin (26 ans, UC Nantes Atlantique).
Ils restent : Piet Allegaert (BEL, 26 ans) ; André Carvalho (POR, 24 ans) ; Thomas Champion (22 ans) ; Simone Consonni (ITA, 27 ans) ; Ruben Fernandez (ESP, 30 ans) ; Eddy Finé (24 ans) ; Simon Geschke (ALL, 35 ans) ; Jesus Herrada (ESP, 31 ans) ; José Herrada (ESP, 36 ans) ; Victor Lafay (25 ans) ; Guillaume Martin (28 ans) ; Pierre-Luc Périchon (34 ans) ; Rémy Rochas (25 ans) ; Szymon Sajnok (POL, 24 ans) ; Benjamin Thomas (26 ans) ; Kenneth Vanbilsen (BEL, 31 ans) ; Jelle Wallays (BEL, 32 ans).
Manager général : Cédric Vasseur
Directeurs sportifs : Roberto Damiani, Christian Guiberteau, Jean-Luc Jonrond, Thierry Marichal, Bingen Fernandez.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles