Cyclisme - Paris-Nice - Gino Mader, battu par Primoz Roglic : « Il m'a dépassé tellement vite, j'ai eu peur d'attraper froid... »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le Suisse Gino Mäder (24 ans) pensait tenir la plus belle victoire de sa carrière, samedi lors de la 7e étape de Paris-Nice. Mais Primoz Roglic, auteur d'une attaque foudroyante, l'a dépassé à quelques dizaines de mètres de la ligne. « Comment avez-vous vécu cette fin d'étape ? Primoz Roglic vous reprend et vous dépasse si près de la ligne d'arrivée...
Il m'a dépassé tellement vite, j'ai eu peur d'attraper un coup de froid (rires). Dans un premier temps, forcément, j'étais dégoûté. Se faire dépasser ainsi, à 20 mètres de la ligne... Je n'étais pas loin de pleurer. Je me disais : putain, c'était ma victoire. Mais avec le recul je me dis que c'était une belle expérience d'être à l'avant. Je dois être content de ce que j'ai fait. Je suis déçu, mais c'était une belle course et Roglic est un grand champion. lire aussi Roglic sans pitié Avez-vous pu échanger avec lui, après l'étape ?
Oui, sur le podium, je lui ai dit : la prochaine fois, tu me laisses la victoire ! Il m'a répondu : si tu sprintes oui, peut-être (rires). C'est l'une de ses grandes qualités, et c'est pour ça que c'est un champion : il vise toujours la victoire, il est toujours motivé pour bien faire, il donne toute son énergie pour atteindre son objectif. J'aurais préféré qu'il me laisse la victoire, mais que voulez-vous. À ce niveau, on ne fait pas de cadeau. Chapeau à lui. lire aussi Le classement Comment avez-vous géré vos efforts dans la dernière ascension ?
J'étais à fond pendant quarante minutes. Je n'avais aucune idée de ce qui se passait derrière, j'étais concentré sur mon effort et sur le fait de passer la ligne en premier. Je n'y suis pas arrivé, mais je pense être enfin arrivé au niveau espéré avoir été un peu sous le radar pendant mes deux premières années chez les pros. J'espère continuer à progresser et à m'amuser sur les routes françaises. » lire aussi Toute l'actu du Cyclisme