Cyclisme sur piste - Benoît Vêtu, entraîneur du sprint japonais : « Certains se sentent au-dessus des règles »

·2 min de lecture

Benoît Vêtu, l'entraîneur du sprint japonais, présent avec son équipe à Hong Kong le week-end dernier, ne décolère pas d'avoir appris l'organisation de courses « clandestines », le même jour que la Coupe du monde. Benoît Vêtu est l'entraîneur du sprint japonais. Présent avec son équipe à Hong Kong, le week-end dernier, à l'occasion de l'unique manche de Coupe des Nations (celles de Newport et Cali ont été annulées), le Français a appris l'organisation de ces courses « clandestines ». Après un tweet rageur (« Merci à l'UCI et à l'organisation de Hong Kong, honte aux autres ! »), il a décidé de rédiger cette tribune. Et il ne décolère pas.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Je découvre l'article de L'Équipe alors que la sélection japonaise et moi-même débutons deux semaines de quarantaine à notre retour de la Coupe des Nations de Hong Kong ! Bien entendu, nous avons aussi organisé des simulations de course durant cette année de Covid, mais toujours en respectant scrupuleusement notre bulle sanitaire et absolument jamais en entrant en contact avec d'autres nations, voire même d'autres coureurs que les membres de l'équipe nationale. Nous sommes allés à Hong Kong avec toutes les contraintes que cela imposait car c'est le seul moyen d'obtenir l'accès aux Championnats du monde 2021. Nous avons respecté les règles et surtout respecté les efforts faits par l'UCI et l'organisateur pour maintenir le cyclisme sur piste à flot, car le problème est aussi là ! « Se rendre à Hong Kong, un pays avec ZÉRO cas de Covid et des mesures extrêmement strictes, n'avait rien de suicidaire » Se rendre à Hong Kong, un pays avec ZÉRO cas de Covid et des mesures extrêmement strictes, n'avait rien de suicidaire, bien au contraire ! C'était là le moyen d'une confrontation de haut niveau en toute sécurité et l'occasion de montrer que nous faisons TOUS bloc pour contribuer à promouvoir le sport qui nous fait vibrer et, occasionnellement, vivre ! Indéniablement, une rencontre à huis clos n'a pas pour objectif la promotion du cyclisme et le partage avec ses fans ! Je respecte le choix de nombreuses nations de ne pas se mélanger, de ne pas voyager, mais je ne cautionne absolument pas celui d'organiser des confrontations internationales en CATIMINI le MÊME JOUR qu'une manche de Coupe des Nations. Certaines dites grandes nations du cyclisme se sentent probablement au-dessus des règles et n'ont sans aucun doute que faire de la santé du cyclisme sur piste ! »