Cyclisme : répétition sportive et sanitaire à la Route d'Occitanie, en attendant le Tour de France

Journal du Dimanche

Sous une canicule d'enfer, frôlant les 40°C, Bryan Coquard a remporté au sprint la première étape de la Route d'Occitanie. Le pistard de l'équipe B&B Hotels-Vital Concept, qui participera à la fin du mois à son premier Tour de France, a réglé d'un souffle Elia Viviani (Cofidis) et un peloton nerveux dans le final, en témoignent les chutes de Thibaut Pinot et de Richie Porte dans les derniers kilomètres. "Je suis très heureux même si c'est un peu différent de d'habitude, a commenté le ­Français. Il y a moins de public et on contient davantage sa joie." En effet, les jolies routes sillonnant les coteaux de Saint-Chinian ressemblaient parfois à une traversée du désert. Seuls les lacets des cols de l'Hôpital et des Très Vents ravivaient par endroits les clichés d'une course d'été : pique-nique sur table pliante, camping-cars bien alignés, spectateurs torse nu et gamins émerveillés.

Lire aussi - Tour de France : France Télévisions envisage de laisser ses commentateurs à Paris

"C'est un vrai plaisir d'être sur un vélo, confie Romain Bardet, 8e de l'étape. Je suis content de reprendre et de retrouver tout le monde, même si on a du mal à se reconnaître avec les masques." Car la préoccupation sanitaire a évidemment mobilisé les organisateurs depuis deux mois, contraints de déplacer l'épreuve initialement programmée du 11 au 14 juin. "Depuis lors, nous n'avons communiqué que sur ça", confie Romain Caubin, le directeur de course. Surcoût de 65.000 à 70.000 euros (sur un budget total de...


Lire la suite sur LeJDD

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi