Cyclisme - La Sky accusée d'avoir eu recours à des injections

L'Equipe.fr
Un ancien employé de la Sky prétend que l'équipe britannique a eu recours à des injections alors que celles-ci sont interdites depuis 2011. L'agence antidopage du pays aurait ouvert une enquête.

Un ancien employé de la Sky prétend que l'équipe britannique a eu recours à des injections alors que celles-ci sont interdites depuis 2011. L'agence antidopage du pays aurait ouvert une enquête.L'agence Press Association a annoncé jeudi qu'un lanceur d'alerte, ancien employé de l'équipe Sky, a accusé la formation de ne pas avoir respecté l'interdiction des injections mise en place par l'UCI pour faciliter la récupération de ses coureurs. Si les substances contenues dans les seringues n'avaient rien d'illégal, le processus d'administration reste contraire aux principes éthiques établis par l'instance dirigeante du cyclisme en 2011 et soutenus à l'époque par la Sky.La source a communiqué au Parlement britannique et à l'agence anti-dopage britannique des informations selon lesquelles les médecins de la Sky auraient eu recours à des injections intraveineuses à partir de la fin de l'année 2010 et poursuivi cette pratique pendant plusieurs années. Selon Press Association, l'UKAD a décidé de prendre en considération ces éléments pour mener une enquête. L'agence n'a pas confirmé cette information.La Sky était déjà dans le viseur de l'UKAD après l'affaire du paquet livré à Bradley Wiggins au Critérium du Dauphiné en 2011. Le vainqueur de l'épreuve se serait fait prescrire du fluimucil qu'il se serait fait livrer depuis l'Angleterre, alors que le produit est disponible sans ordonnance dans une pharmacie française. Ce mystère autour de ce paquet avait poussé une commission parlementaire à mener des auditions.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages