Cyclisme - T. de Romandie - Stefan Küng (BMC) : «Un très, très grand soulagement»

L'Equipe.fr
Le jeune Suisse a renoué avec la victoire deux ans après avoir remporté (déjà) une étape du Tour de Romandie.

Le jeune Suisse a renoué avec la victoire deux ans après avoir remporté (déjà) une étape du Tour de Romandie.Stefan Küng (SUI, BMC), vainqueur de l'étape : «J'ai demandé à l'équipe si je pouvais tenter ma chance. Quand tu as la carte libre, il faut saisir l'occasion. J'ai beaucoup travaillé dans l'échappée, je voulais aller au bout, j'ai beaucoup travaillé. Même si les résultats n'étaient pas là depuis le début de la saison, je savais que la forme était là. J'ai été très malchanceux ces deux dernières années : deux grosses chutes, une mononucléose...C'est un très, très grand soulagement. Pendant les entrainements, entre les classiques, je faisais des petits sprints avec Greg Van Avermaet (son leader chez BMC), des petits jeux qui m'ont donné confiance avant le sprint sur une route en faux plat montant (face à l'Ukrainien Grivko, d'Astana, son compagnon d'échappée dès les premiers kilomètres). Mentalement, je supporte bien la pluie. Par ces conditions, certains sont bien plus à la peine que moi comme les petits grimpeurs qui pèsent 60 kilos.»Fabio Felline (ITA, Trek-Segafredo), leader au classement : «Je ne sens plus mes doigts. Les pieds, c'est la même chose, ils n'ont plus de sensibilité. La neige fondue, deux ou trois degrés, c'était terrible ! Le peloton entier, je pense, est dans le même cas que moi. C'est difficile pour moi d'envisager la victoire finale, dimanche. Je ne suis pas un pur grimpeur et la montée de Leysin (arrivée de la 4e étape, samedi) est très dure pendant 5 kilomètres.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages