Cyclisme : Théo Nonnez se classe 7e au Grand prix de la ville de Nogent

Vincent Melosci
LeParisien.fr
C’est la première fois que Théo Nonnez intègre le top 10 chez les professionnels

Cyclisme : Théo Nonnez se classe 7e au Grand prix de la ville de Nogent

C’est la première fois que Théo Nonnez intègre le top 10 chez les professionnels

Après avoir pris la bonne échappée avec onze coureurs, dont trois coéquipiers, le Nogentais de 18 ans a dû se contenter d’une 7e place, dimanche.


Il a longtemps été aux avant-postes, dimanche lors du 74e Grand Prix de la ville de Nogent (1.2 ; 168 km). Pratiquement jusque dans les derniers instants. Mais Théo Nonnez, le jeune coureur du CC Nogent (DN1), a finalement dû se contenter de la 7e place de l’épreuve organisée par son club et courue sous le regard de Joop Zoetemelk.

A l’entame du dernier tour, le champion de France junior 2016 figurait avec ses coéquipiers Nicolas Garbet et Théo Sagnier dans un groupe de 12 échappés qui comptait à ce moment-là 1 minute d’avance sur le peloton. Premier Nogentais à franchir la ligne, il a terminé à 1’28’’ de Julien Antomarchi (Roubaix Lille Métropole), vainqueur en 3h46’08’’.

« Sur le coup, c’est plutôt la déception qui prévaut, confie-t-il quelques secondes après avoir franchi la ligne d’arrivée. Mais ce soir, je serai content de moi : c’est mon premier top 10 chez les pros… » « Il n’a même pas encore 19 ans, 7e à ce niveau c’est pas ridicule, souligne Arnaud Molmy, le directeur sportif qui officiait dimanche. Il aurait du être dans le groupe de trois qui arrive pour la 3e place, mais il s’est fait un peu avoir. C’est notre seul regret de la journée. Il pèche encore un peu tactiquement, mais il apprend vite. Il est généreux, il a du potentiel et un gros physique. »

« On est satisfait, on a été acteurs »

Un physique qui lui a permis de batailler au départ pour revenir. « Le fait qu’il y ait si peu de coureurs au départ a rendu la course assez débridée, indique Nonnez. Des coups partaient sans que ce soit forcément en costaud, à ce jeu-là je me suis fait un peu piéger. Je me suis retrouvé dans un groupe attardé, à 1’15’’ du peloton. Je n’avais pas de mauvaises sensations, mais j’étais avec les morts comme on dit. J’ai dû me bouger vachement avec deux mecs de Roubaix pour rentrer. A partir de là, une nouvelle course a commencé. »

Et (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Athlétisme : décevante 3e place pour Maëva Contion aux Championnats de France Élite
Championnats de France d’athlétisme : Maëva Contion veut garder son titre
L’AS Beauvais retrouve un peu le sourire
Football : Beauvais réintégré en National 3
Fédérale 3 : qui est Pascal Mitchell, le nouveau président de Compiègne ?

À lire aussi