Décès de Michel Hidalgo: du trauma de Séville 82 à l’Euro 84, les deux années folles des Bleus

RMC Sport

C’était bien avant Zidane et Mbappé. C’était la génération Platini. Une équipe de France de rêve qui, à l’orée des années 1980, voulait conquérir le monde. Elle n’en fut pas loin. A défaut de conquérir la planète, les Bleus de Michel Hidalgo, monument du foot français décédé ce jeudi à l’âge de 87 ans, sont montés sur le toit de l’Europe.

Sélectionneur des Tricolores à partir de mars 1976, celui qui succède à Stefan Kovacs disposait d’une génération de joueurs surdoués qu’il a fait monter en puissance jusqu’au championnat d’Europe en 1984.

Le traumatisme de Séville 82 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Un premier titre majeur pour l’équipe de France, sacrée à la maison, qui peine à effacer totalement la demi-finale de Coupe du monde 1982 perdue deux ans plus tôt aux tirs au but face à l’ex-RFA après un match d’anthologie à Séville.

"On se souvient moins de l’Euro 1984 que de cette demi-finale parce qu’il y a eu cette espoir immense de se qualifier pour la finale, confiait Michel Hidalgo dans l’émission Luis Attaque sur RMC en 2012. Cela a été un coup dur. Je n’ai jamais vu un vestiaire où les joueurs étaient aussi abattus. On était éliminé et l’arbitre ne nous avait pas favorisés, les joueurs étaient en colère contre l’arbitrage. Avec un dirigeant, j’ai été obligé de mettre deux joueurs sous la douche tout habillés une heure après! Les joueurs étaient devenus des enfants à qui ont a fait du mal, qu’on a...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi