Décryptage du parcours de la Vendée Arctique avec Yoann Richomme

Le départ de la Vendée Arctique a été donné ce dimanche à 17 h au large des Sables-d'Olonne. Analyse de ce qui attend les 25 solitaires avec Yoann Richomme dont le flambant neuf Paprec-Arkéa sera mis à l'eau en janvier.

Double vainqueur de La Solitaire du Figaro (2016 et 2019), lauréat de la Route du Rhum 2018 en Class40, Yoann Richomme est un observateur attentif de cette deuxième édition de la Vendée Arctique dont il analyse les grandes lignes. Le skippeur gère dans le même temps une riche actualité en prévision de la mise à l'eau, dans trois semaines, d'un nouveau Class40 pour le Rhum 2022 (départ le 6 novembre), et du lancement, début janvier, de l'Imoca Arkéa-Paprec en vue du Vendée Globe 2024.

La montée jusqu'au sud de l'Islande

« On a un vent de nord-est, les bateaux vont aller très vite vers l'ouest dans un premier temps. Pendant 24 heures, ça va être avantage aux foilers. Charlie Dalin (Apivia), Louis Burton (Bureau Vallée), Thomas Ruyant (LinkedOut) et Jérémie Beyou (Charal) devraient partir devant. Ça permettra aussi de jauger des bateaux à grands foils, comme Hublot (Alan Roura) et Nexans (Fabrice Amedeo), qui n'ont pas encore montré leur potentiel. »

lire aussi

Yoann Richomme construit un bateau pour gagner le Vendée Globe

« Ensuite, il y aura un énorme anticyclone à traverser au large de l'Irlande. Ça va prendre du temps. Ils vont tomber dedans lundi soir et en sortir mardi après-midi, quasiment 24 heures dans la molle. Après l'anticyclone, ça risque de partir par l'avant et de créer des écarts. Ils devraient être vendredi dans le sud de l'Islande. »

Le contournement de l'île par l'est

« Normalement, il devrait se faire assez favorablement au portant. Pour les marins, ça va être un dossier, sûrement très technique. Faire aller vite les bateaux au portant, ce sera un révélateur des niveaux. Il pourrait y avoir des gros écarts entre foilers et entre foilers et bateaux à dérive. Ce contournement s'annonce piégeux et technique, avec des vents variés. »

lire aussi

25 solitaires au départ de la Vendée Arctique-Les Sables d'Olonne

« On connaît mal le coin, l'île est haute avec des sommets à plus de 2 000 m et donc des dévents. Dans le Nord, la température est actuellement de 5-6 degrés, avec de la pluie et du soleil en fonction de passage des dépressions. C'est engagé comme type de navigation. C'est un endroit où tu n'as pas trop le droit à l'erreur. »

Le retour vers les Sables-d'Olonne

« On est dans une zone proche atlantique avec des dépressions et des anticyclones qui circulent et qui changent vite de place. On n'est pas sur la Route du Rhum où on te dit, tu as deux dépressions à franchir et derrière, tu te retrouves dans l'alizé. Là, le schéma est complètement ouvert. Tout est possible. Dans l'absolu, tu peux atteindre de zéro à 60 noeuds de vent dans toutes les directions. »

lire aussi

Jérémie Beyou veut sa revanche sur la Vendée Arctique

« À cette échelle, on ne sait pas dire aujourd'hui si le retour sera majoritairement anticyclonique ou dépressionnaire. Dans la première moitié, les marins risquent d'affronter des dépressions au près (face au vent). Pour la suite, si l'anticyclone qui va s'installer sur la France la semaine prochaine reste fort, on peut imaginer une arrivée sur les côtes européennes dans des vents légers. Mais à chaque mise à jour météo, il pourra y avoir des changements assez conséquents par rapport à la stratégie. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles