Une défaite encourageante pour Montpellier contre l'OM

Malgré la défaite, l'entraîneur de Montpellier Romain Pitau (à droite) était satisfait de la performance de ses joueurs. (N. Luttiau/L'Équipe)

L'optimisme primait hier au sein du club héraultais, malgré la défaite concédée contre l'OM (1-2) à l'occasion de la 17e journée de Ligue 1. Son équipe s'étant bien battue, Romain Pitau voulait y voir un signe d'encouragement.

De la même manière qu'on dit parfois qu'il y a de beaux perdants, certaines défaites sont encourageantes et peuvent faire avancer. Celle subie par Montpellier lundi face à l'OM (1-2) entre dans cette catégorie. « Je pense aussi, confirmait Jonas Omlin après la rencontre. On a fait de bons trucs. Marseille a une belle équipe. Si on avait joué contre un autre adversaire, on aurait pris des points, estimait le gardien héraultais. Mais on doit continuer à jouer comme ça et garder cet état d'esprit. »

lire aussi : Les tops-flops de Montpellier-OM

Après la victoire porteuse d'espoirs ramenée jeudi de Lorient (2-0), dans la foulée d'une trêve studieuse, le MHSC a encore affiché de belles valeurs collectives sur le terrain, même quand il a été mené 2-0. En supériorité numérique en fin de match, après la réduction du score de Téji Savanier sur penalty (90e+1), il n'est pas passé très loin d'accrocher un match nul qui aurait été flatteur au vu de la domination marseillaise en seconde période.

De quoi presque donner quelques regrets à son entraîneur Romain Pitau : « Les joueurs n'ont pas lâché, même dans les derniers instants où on a été capables de marquer. J'aurais préféré rester à 1-0 pour avoir cette chance sur la fin mais ça n'a pas été pas le cas. »

Des joueurs investisMalgré « le manque de justesse » d'Elye Wahi notamment en première période (12e et 15e) puis les deux buts encaissés rapidement après la pause (47e et 61e), alors que son équipe avait su répondre dans l'engagement jusque-là, le technicien voulait surtout retenir le positif : « Je partage (le sentiment général). Il y a eu de bonnes choses. Le fait d'être bien organisé, de faire mal à l'adversaire, l'investissement et l'énergie des joueurs dans le jeu, c'est hyper intéressant, il faut le garder, parce qu'il n'y aura pas de match facile dans cette Ligue 1. »

Cette défaite, la première depuis deux mois (0-3 à Rennes, le 30 octobre), peut servir à Montpellier pour la suite de la saison. Artisan du renouveau pailladin et nouveau garant de l'institution depuis qu'il a été confirmé à son poste, Pitau était persuadé, lundi, d'être toujours dans le vrai : « C'est le genre de match de haut niveau où il faut encore monter de l'exigence. Mais il ne faut pas lâcher et continuer de travailler dans ce sens. [...] Le plus important, c'est que tout le monde adhère au projet et donne le maximum pour l'équipe, parce que l'équipe est au-dessus de tout. »

lire aussi : Toute l'actualité de Montpellier