Définition : Quoiqu’il ou quoi qu’il, comment ne plus faire la faute ?

Al Grillo/AP/SIPA

GRAMMAIRE - Il suffit de remplacer la locution par « bien que » ou « peu importe ce que » pour savoir quelle orthographe utiliser

Faut-il écrire « quoiqu’il en soit » ou « quoi qu’il en soit ? ». Quoique les deux locutions soient indissociables à l’oral, elles sont bien différentes à l’écrit. Heureusement, il existe une règle simple pour écrire correctement quoi qu’il arrive.

« Quoique » en un mot : la concession

Lorsque « quoique » est écrit en un seul mot, c’est une conjonction de subordination qui sert à exprimer une concession ou une hésitation. Pour s’en assurer, il suffit de remplacer « quoique » par « bien que » dans la phrase. Si celle-ci conserve son sens, alors il faut écrire « quoique » en un mot :

« Je vais emporter un parapluie, quoiqu’il fasse chaud aujourd’hui »« Je vais emporter un parapluie bien qu’il fasse chaud aujourd’hui »

Il y a élision du « e » final de « quoique » devant les pronoms « il », « elle » et « on » et également devant l’article « un(e) » qui commence également par une voyelle. Le verbe suivant la conjonction de subordination « quoique » est le plus souvent conjugué au subjonctif.

« Quoi que » en deux mots : « peu importe ce que »

« Quoi que » écrit en deux mots est une locution pronominale. Tout comme « quoique », le « e » s’élide devant un pronom ou un article commençant par une voyelle et est suivi du subjonctif.

Pour savoir s’il faut écrire « quoi que » en deux mots, l’astuce est d(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Définition : Amener ou emmener, quelles différences ?
Définition : Balade ou ballade, quelles différences ?
Ca veut dire quoi être chafouin ?