Désinformation : Twitter envisage de sortir du code de l'UE

tashatuvango/Adobe Stock

Twitter envisage de quitter le code de bonnes pratiques de l'UE contre la désinformation en ligne, un accord regroupant les principales plateformes sur une base volontaire, a appris l'AFP jeudi 25 mai auprès de sources européennes. Selon ces sources, le réseau social aux mains d'Elon Musk a informé la Commission européenne de ses intentions mais n'a pas encore notifié formellement la décision.

Lancé en 2018, ce code européen de bonnes pratiques regroupe une trentaine de signataires, des géants comme Meta, Google, Twitter, Microsoft, TikTok, mais aussi de plus petites plateformes, ainsi que des professionnels de la publicité, des fact-checkeurs et des ONG. Les signataires ont eux-mêmes participé à la rédaction du texte, qui contient une quarantaine d'engagements visant notamment à mieux coopérer avec les fact-checkeurs et à priver de publicité les sites diffusant des infox.

Depuis qu'il a acheté Twitter il y a six mois, le milliardaire Elon Musk a assoupli la modération des contenus problématiques, et semble avoir amplifié la voix de propagateurs notoires de désinformation sur la plateforme. Twitter a indiqué préférer faire appel à sa propre communauté d'internautes plutôt qu'à des fact-checkeurs, a-t-on indiqué de source européenne.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Les rapports qu'il rendait sur la désinformation dans le cadre du code de bonnes pratiques étaient très lacunaires. "Si (Elon Musk) n'est pas sérieux sur le code, c'est peut être mieux qu'il le quitte", a commenté un responsable à la Commission européenne, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Foot : un club italien dans le viseur du propriétaire du PSG
Casino : entrée en procédure de conciliation et reprise de magasins par Intermarché
CAC 40 : la Bourse tente de se stabiliser, espoirs sur la dette des Etats-Unis
La patrouille de France fête ses 70 ans, voici ses avions emblématiques
Axa, Allianz, Scor... défections en série au sein de l'alliance des assureurs pour le climat