Développer les transports en Europe et préserver la biodiversité… L’équation impossible ?

Développer les transports en Europe et préserver la biodiversité… L’équation impossible ?

ENVIRONNEMENT - Destructions d’habitats, collisions, pollutions… Les routes, les voies ferrées et les canaux ont de multiples impacts sur la biodiversité. Le projet Bison vise à améliorer leur prise en compte alors que le réseau continue de tisser sa toile

D’un côté, il y a cette érosion de la biodiversité en cours. Sur les 8 millions d’espèces animales (vertébrés et non vertébrés) et végétales évaluées sur la planète, l’Ipbes, l’équivalent du Giec sur les enjeux biodiversité, en comptait jusqu’à un million menacées d’extinction en 2019.

De l’autre, il y a cette demande croissante de transports, qui fait que les routes et voies ferrées pourraient être deux fois plus nombreuses en 2050 qu’en 2010. Plus de 25 millions de kilomètres de routes et 335.000 kilomètres de voies ferrées pourraient ainsi être ajoutés à l’échelle du globe dans les trente prochaines années, rappelle l’Infra Eco Network Europe (Iene).

Des infrastructures à venir en Europe de l’Est et à adapter à l’Ouest

Ce réseau européen de scientifiques, ingénieurs, acteurs opérationnels, réunis cette semaine à Cluj (Roumanie) pour sa conférence bisannuelle, pousse pour un réseau d’infrastructures de transport pan-européen écologiquement soutenable. Car l’enjeu est aussi européen*. Certes, une grande part (85 %) des infrastructures attendues le sont dans les pays en voie de développement. « Mais l’Europe de l’Est cherche aussi à ét(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Collisions, déforestation... Quand le développement des énergies renouvelables nuit aux animaux