Daiki Hashimoto champion du monde au concours général

Daiki Hashimoto célèbre sa médaille d'or sur le podium. (M. Darlington/Reuters)

Le Japonais Daiki Hashimoto (21 ans), champion olympique en titre, a été sacré champion du monde au concours général, ce vendredi à Liverpool, devant le tenant du titre chinois Zhang Boheng et l'autre Japonais, Wataru Tanigawa.

À 21 ans, Daiki Hashimoto a confirmé son titre olympique de l'été dernier en devenant champion du monde, ce vendredi à Liverpool (Angleterre). Il s'agit du cinquième Japonais à être sacré au concours général après Eizo Kenmotsu (1970), Shigeru Kasamatsu (1974), Hiroyuki Tomita (2005) et bien sûr, son idole Kohei Uchimura (6 titres entre 2009 et 2015). Si l'acrobate de Narita avait été devancé lors des Mondiaux fin 2021 par le Chinois Zhang Boheng (22 ans), il n'a pas failli cette fois.


lire aussi

Rebeca Andrade, championne du monde et nouvelle star de la gym

« J'ai hâte de concourir contre lui, avait prévenu Hashimoto. Le dernier agrès déterminera la couleur des médailles. » Champion olympique de la barre fixe, le Japonais n'a pas reproduit sa chute de la finale par équipe, et confirme qu'il la maîtrisait. Comme son rival, qui y a obtenu la même note mais avait un déficit de 0,433 pt avant cette ultime rotation. Les deux ont su dépasser une préparation chaotique en raison de blessures aux poignets. « Honnêtement, Hashimoto a réalisé un super job, propre comme toujours », félicite Zhang Boheng, le premier à applaudir à la fin de l'ultime réception de son adversaire.

Le podium est complété pour l'autre Japonais Wataru Tanigawa (26 ans), leader des qualifications, et qui avait deviné le scénario : « Daiki Hashimoto est un ami. S'il produit tout ce qu'il doit, je n'ai aucune chance. » Pour lui, cette médaille de bronze est la première qu'il récolte en individuel après avoir participé à l'argent olympique, après les bronzes mondiaux de 2018 et 2019 par équipe.


lire aussi

Les résultats du concours général hommes


Le cauchemar de Joe Fraser

Troisième des qualifications, le Philippin Carlos Yulo a commis trop d'erreurs et ne termine que 8e. Champion du monde au saut, il a complètement raté la réception de sa lune double salto avant carpé avec demi-tour (15e note), et stoppé sa variation à la barre fixe. Médaillé de bronze à l'automne dernier, mais exilé involontaire depuis l'invasion de son pays la Russie, l'Ukrainien Illia Kovtun doit se contenter de la 7e place. Quant au champion d'Europe Joe Fraser, il a vécu un véritable cauchemar, chutant aux arçons, au saut, deux fois aux barres parallèles et une fois à la fixe (22e).

Désormais, place aux finales par appareil. On y suivra deux Françaises, Coline Devillard au saut ce samedi (3e des qualifications) et Marine Boyer à la poutre dimanche (4e des qualifications).


lire aussi

Toute l'actualité de la gymnastique