Le Dakar 2021 s'adaptera mais n'est pas menacé

Basile Davoine
motorsport.com

La pandémie due au nouveau coronavirus a tué à ce jour plus de 200'000 personnes dans le monde et bouleverse également de nombreux secteurs d'activité, dont celui des sports mécaniques. Les calendriers sportifs sont à l'arrêt et les championnats tentent de trouver des alternatives en espérant courir en 2020. De leur côté, les organisateurs du Dakar planchent sur l'édition 2021 du rallye-raid, qui devra évidemment tenir compte de cette situation inédite.

David Castera, directeur du Dakar.

David Castera, directeur du Dakar. <span class="copyright">A.S.O.</span>
David Castera, directeur du Dakar. A.S.O.
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

A.S.O.

D'après les informations de Motorsport.com, toutes les pistes envisagées impliquent un parcours passant par l'Arabie saoudite. L'option la plus ambitieuse, qui est aussi la plus complexe, viendrait ajouter la Jordanie et les Émirats arabes unis. Le plan B serait de maintenir le rallye uniquement en Arabie saoudite avec un parcours totalement renouvelé par rapport à celui de l'édition 2020.

"C'est le plus grand pays, ce qui nous offre la possibilité d'y faire un Dakar 100% nouveau", fait remarquer David Castera. "Je peux faire un rallye complètement différent de l'an dernier, en repartant de zéro. En Jordanie ou dans un autre pays, c'est impossible. Avec un pays qui est quatre ou cinq fois plus grand que la France, dans le pire scénario où nous ne pourrions pas aller dans un nouveau pays, je suis certain que nous aurions un Dakar chouette et renouvelé. Sur le plan sportif, le plan B est presque aussi bon et a autant d'intérêt que le plan A, dont nous ne pouvons pas encore parler. C'est la chance que nous avons."

"Je suis très confiant pour que nous ayons le Dakar en janvier 2021. C'est la dernière ou la première des compétitions [au calendrier], selon comment on la perçoit. Nous sommes fin avril et nous avons huit mois devant nous pour continuer à travailler. Je suis très serein quant à notre capacité à l'organiser, même si ce sera sûrement avec des mesures sanitaires particulières. Mais tout ce que nous faisons aujourd'hui et dans les mois à venir sera différent : aller au restaurant, aller se promener, prendre le métro, prendre l'avion… Ce sera exactement la même chose pour le rallye-raid. Nous devrons trouver des mesures pour que ça puisse avoir lieu, mais nous allons le faire, c'est certain."

Lire aussi :

Une mesure FIA pourrait limiter la première catégorie du Dakar aux 4x4

Parmi les difficultés du moment figure celle de travailler sur la préparation de cette édition 2021 tout en respectant les mesures de confinement. Le recours au télétravail permet de ne pas prendre trop de retard mais vient forcément modifier la manière de procéder, rendant impossibles les reconnaissances sur place.

"Pour le moment, ça nous affecte un peu mais pas trop, il n'y a pas de catastrophe", relativise David Castera. "Il y a de nombreuses façons de travailler sur le parcours grâce aux images satellite. Je n'ai aucune possibilité de tout vérifier, mais je ne vais pas prendre de risques. C'est une année difficile pour tout le monde et il faut vivre avec cette situation. Nous nous adaptons à cette pandémie et nous continuons à travailler sur le parcours. Nous avons peu d'expérience mais l'année dernière nous a beaucoup aidés. Il y a un an, nous avons fait énormément de choses en Arabie saoudite, non seulement pour le parcours qui a été réalisé en janvier mais aussi pour davantage de choses, pour découvrir le pays. J'ai un excellent dossier avec des parcours et je l'étudie. Je passe de nombreuses heures sur Google Earth et au téléphone avec mon équipe pour trouver le meilleur parcours."

À lire aussi