Dani Alves, le fantasque défenseur au bon souvenir du Barça

Alors que le Barça entame une quête ardue pour trouver un bon latéral droit, le club catalan se retrouve à défier la une vieille connaissance.

Dani Aves n'a jamais été remplacé au Barça. Depuis son départ non pallié,  le club catalan utilisait principalement Sergi Roberto, un milieu défensif de formation, puis Aleix Vidal avant la blessure de ce dernier sans oublier les multiples tests expérimentaux qui s'étaient avérés peu concluants (Montoya, Douglas ou même Bartra). Depuis, le club catalan arpente les marchés à la recherche du latéral parfait. Du nouveau Alves. Mais il ne le trouvera pas. Dani Alves était unique.

Découvert par Monchi, le fameux et prodigieux recruteur espagnol, Dani Alves a fait partie de la meilleure équipe du FC Séville de tous les temps (Kanouté, Fabiano, Adriano, Alves, Palop, Renato, Javi Navarro et feu Antonio Puerta). Une formation létale, pour une formidable épopée avec deux coupes de l’UEFA et (2006, 2007) ainsi qu’une Coupe du Roi (2007).

Un défenseur qui attaque à la brésilienne, infatigable, et qui comptait parmi les meilleurs passeurs de l'histoire du Barça à l'époque où il portait encore la vareuse bleu et grenat. Hargneux sur le terrain comme dans la vie, il a récemment réglé ses compte à la fois avec la presse catalane et avec les dirigeants de son ancien club du Barça lors d'un un entretien au quotidien ibérique ABC.

"Moi, j'ai besoin qu'on m'aime et si ce n'est pas le cas, je pars. Quitter le Barça gratuitement a été un geste de grande classe de mon côté", a-t-il ironisé, alors que les polémiques ont produit un océan d'encre et de glaire concernant une éventuelle nouvelle prolongation. "Durant mes trois dernières années, on a entendu qu'Alves était partant, mais les dirigeants ne m'ont jamais rien dit en face. Ils ont été hypocrites et ingrats. Ils ne m'ont pas montré de respect."

L'hypocrisie, une tare que l'ont peut également imputer aux médias sportifs espagnols selon Alves, accessoirement premier étranger à effectuer plus de 600 apparitions pour un club espagnol (avec un taux de titularisations excédant les 90%), mais qui a une bonne connaissance des médias ibériques : "Ce sont des manipulateurs. Ils avaient inventé une polémique entre moi et Cristiano Ronaldo (…) Ils font du journalisme de comptoir. Du journalisme de réseaux sociaux".

Personnage à suivre absolument sur les réseaux sociaux, joyeux et toujours un peu fou , Alves a toujours été un joueur particulier. "Joueur" au sens ludique du terme. Il est le Brésilien le plus titré de l’histoire, lui qui avait grillé la politesse au roi Pelé avec une collection incroyable de 31 titres à son palmarès, laissant une trace indélébile au Camp Nou, une trace de strass pour cet amateur de mode un peu fou, de palette tactique pour ce joueur intelligent qui a contribué à l'équilibre du club et de paillettes argentée pour ce "fashionista" patent, ce centreur impénitent auréolé d'une multitude de  médailles et de trophées.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages