Daniil Medvedev : "Franck Ribéry m'a fait rêver"

SO FOOT
·1 min de lecture

Tu vis la meilleure période de ta carrière au moment où le Bayern, ton équipe fétiche, remporte toutes les compétitions qu'il joue. Est-ce qu'on peut dire que tu puises de la force dans ce que fait le club actuellement ?
Non. Honnêtement, c'est un pur hasard de bien jouer en même temps que le Bayern, même si j'en suis très content. Parfois, ça peut quand même servir... J'ai, par exemple, regardé la finale de Ligue des champions contre le PSG juste avant mon premier tour à l'US Open. Le match devait être à 13h heure américaine, et j'avais demandé à mon coach de m'entraîner à 11h. Pour finir à midi, manger tranquillement et mater la finale. J'étais dans mon vestiaire, connecté à mon téléphone. J'étais super heureux, avant d'entrer sur le court. Bon, après, c'est rare. En dehors d'une finale de C1, on ne décale jamais l'entraînement.

Avec le temps, est-ce que ton…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com