Pour Daniil Medvedev, la pénible mais nécessaire leçon d'une défaite en finale contre Novak Djokovic

Loris Belin
·1 min de lecture

Andy Murray, Rafael Nadal, Dominic Thiem ou encore Jo-Wilfried Tsonga... Daniil Medvedev est entré dans le club des vaincus par Novak Djokovic en finale de l'Open d'Australie. Le Russe de 25 ans n'a pas vraiment existé dimanche 21 février, à Melbourne, tombant sans la moindre contestation face à Novak Djokovic. Comme d'autres membres de la nouvelle génération du tennis mondial, le futur N.3 mondial est tombé face aux ogres Djokovic, Nadal ou Federer. Le passage de témoin attendra encore un peu et pour le moment, Medvedev a encore quelques leçons à apprendre.

Celle du jour a été plutôt pénible. Le Russe s'est pourtant présenté sur la Rod Laver Arena avec des arguments crédibles comme peu d'autres joueurs ayant cherché à bousculer l'ordre établi en Grand Chelem avant lui. Forme, dynamique, jeu… Medvedev avait sur le papier tous les arguments pour titiller un Djokovic pas forcément à son meilleur niveau physique. Mais le Serbe possédait l'arme cruciale des grands rendez-vous : "Je considère toujours que l'expérience est la clé", a clamé Medvedev en conférence de presse.

"La prochaine fois que je jouerai contre Novak en finale, je ferai certainement des choses différemment"

Pour sa deuxième...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi