David Darricarrère (Castres, tombeur du Stade Français) : « Malgré tout une belle performance »

David Darricarrère et le CO remportent leur première victoire de la saison. (F. Lancelot/L'Équipe)

Entraîneur adjoint de Castres, David Darricarrère a apprécié la prestation de son équipe en première période contre le Stade Français (30-20). Mais a regretté un certain relâchement dans le second acte.

David Darricarrère (entraîneur adjoint de Castres, vainqueur du Stade Français) : « C'est souvent comme ça dans les matches où tu arrives à la pause avec un score assez élevé. On a beau prévenir, reprévenir et encore reprévenir, et tu tombes dans le panneau de l'imprécision, de l'indiscipline, ce qui fait que le Stade Français revient, et très logiquement d'ailleurs. On a su concrétiser quand il y avait des espaces, mener à bien nos offensives même si on avait du déchet. En deuxième période, on ne finit pas proprement.

C'est malgré tout une belle performance, c'est important d'avoir gagné et de confirmer à domicile ce qu'on avait vu la semaine passée (défaite au Racing, 25-19). On s'est créé de belles occasions la semaine dernière, il y a eu plus de justesse ce samedi, il faut avoir un bon timing pour breaker, on a réussi en seconde période mais sans concrétiser. On essaye de progresser, de trouver un équilibre, on travaille beaucoup, on manque encore de justesse, sans oublier de s'appuyer sur les hommes forts. Je n'ai pas eu peur, j'étais assez serein. Le Stade Français n'aurait pas volé le bonus défensif. »

lire aussi

Calendrier et résultats de la 2e journée

Julien Dumora (arrière de Castres) : « La seconde période a été moins maîtrisée, on a perdu le ballon dès qu'on était chez eux. À la pause, on s'est dit qu'il fallait repartir à 0-0, on n'a pas réussi à le faire. On a fait trop de fautes après la pause, comme la semaine dernière face au Racing. Il va falloir qu'on gomme ces erreurs. Il ne faut pas lâcher.

Le Stade échoue à dix points de nous, alors qu'on avait le match en main, en première période. On n'a pas été constant sur 80 minutes, c'est le point noir de l'après-midi. Derrière, on accumule de la confiance, la ligne n'a pas beaucoup changé, les automatismes sont là, avec des petits gestes, et petites paroles, on arrive à se comprendre. Mais oui, on a eu peur, cette équipe du Stade n'a rien lâché, nous a mis à la faute. On ne s'est pas affolé, sans être serein. »

Gonzalo Quesada

« C'est difficile de rivaliser à l'extérieur avec aussi peu de maîtrise »

Romain Briatte (troisième ligne du Stade Français) : « On a un sentiment mitigé, le CO nous a mis beaucoup de rythme, on n'a pas su le contrer, on a eu un trou d'air avec deux essais juste avant la pause, on rectifie le tir après la mi-temps mais ça ne suffit pas. Après, on a couru après eux, avec des passes dans la défense, et une petite erreur sur un ballon haut. Castres a de très bons joueurs sur ce genre de ballon. La seconde période est porteuse d'espoir pour samedi prochain. On aurait pu en prendre 50 aujourd'hui mais au final, on n'était pas loin de prendre un point. »

Gonzalo Quesada (entraîneur du Stade Français) : « On travaille sur la maîtrise, c'est bien d'avoir un bel état d'esprit, des bons lancements de jeu. Mais c'est difficile de rivaliser à l'extérieur avec aussi peu de maîtrise. La deuxième mi-temps a été mieux et on aurait pu faire basculer le match, on aurait pu marquer plus.

On obtient un bras cassé, et on finit par prendre une pénalité. Si on ne gagne pas en consistance, on peut vite se perdre. Ce n'est que le deuxième match, il ne faut pas s'affoler. Castres a bien joué, a eu des situations, a mis son jeu en place. Castres a bien utilisé nos pertes de ballon pour marquer quasiment à chaque fois. Mais quand Castres a commis des erreurs, Castres a montré que c'était une équipe mature qui accepte les temps faibles, c'est tout ce qui nous reste à faire. »