Dejan Lovren se défend d'avoir entonné des chants fascistes

Dejan Lovren (78 sélections) sous le maillot de la Croatie à la Coupe du monde 2022. (N. Luttiau/L'Équipe)

Nouvelle recrue de l'OL, le Croate Dejan Lovren (33 ans) a nié vendredi avoir chanté des paroles à connotation fascistes au Qatar. Dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, le défenseur célébrait la troisième place de son pays à la Coupe du monde après la victoire contre le Maroc (2-1).

L'Olympique Lyonnais a débuté 2023 avec une polémique de taille. De retour au club dans lequel il a évolué de 2010 à 2013, Dejan Lovren (33 ans) a suscité une vague d'indignations. Dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, on le voit célébrer la troisième place de la Croatie à la Coupe du monde 2022 en entonnant des chants jugés par certains comme fascistes.

Vendredi, l'international croate (78 sélections) s'est défendu et a avancé une tout autre justification : « J'ai déjà tout expliqué cela en Croatie à propos de cette vidéo sur YouTube, mais cela n'a pas été repris en France. Pour moi, il s'agit d'une chanson patriotique qui a trait à mon pays qui veut dire que je l'aime », a-t-il déclaré.

lire aussi : Laurent Blanc agacé par les questions sur Lovren

« Le chant dont on parle n'est pas ''Za dom Spremni'', mais ''Cavoglavé'', qui n'est pas du tout fasciste. Il remonte à la libération du pays et à la gloire de la Croatie que nous chantons tous pour fêter un événement heureux. Mon pays a lutté pour son indépendance obtenue très récemment et reste en construction », a-t-il souligné.

Sur les vidéos publiées sur les réseaux sociaux où il célèbre le parcours croate au Qatar, le néo-Lyonnais est pourtant aperçu, avec plusieurs de ses coéquipiers en sélection dont Marcelo Brozovic, en train d'entonner le cri de ralliement « Za dom spremni » (« Prêts pour la mère-patrie »), mimant un pistolet de la main, un geste assimilé à un salut fasciste, interdit par la loi.

« Il n'est pas bon que mon séjour débute ainsi. Je respecte tout le monde. La première personne qui m'a félicité après la Coupe du monde est Novak Djokovic, qui est Serbe, un pays où j'ai beaucoup d'amis. Mais j'ai été attaqué. On déforme de manière tout de suite négative sans faire référence à la bonne chanson. Cela n'a rien à voir avec le fascisme. Je suis donc surpris. J'arrive à Lyon avec une énergie positive que je veux afficher sur le terrain pour la transmettre à mes coéquipiers. »

lire aussi : Toute l'actu de l'OL

Blanc agacé par la polémique sur Lovren, après des chants et un salut néo-nazis