Deschamps avant le match contre la Croatie : « On devrait tous se plaindre »

Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, a fait le point sur les forces en présence, ses changements de système ou de gardien avant le match contre la Croatie, lundi (20h45).

« Est-ce que les contraintes de cette fin de saison, dans vos compositions d'équipe, vous agacent ?
Rien ne m'agace, je m'adapte, je fais en sorte de ne pas prendre de risques avec ceux qui ont de petits soucis. Ce n'est pas une revue d'effectif, mais toutes les équipes doivent changer d'un match sur l'autre, en cette fin de saison, sans oublier les petits problèmes qui arrivent lors du match précédent. J'étais parti avec cette idée, mais par rapport au futur, c'est une très bonne chose.

« Ce n'est parce qu'on joue à quatre depuis deux matches que la défense à trois est mise à la poubelle »

Vous jouiez avec une défense à trois depuis septembre. Voilà deux matches que vous jouez à quatre. Vous avez changé d'avis ?
Je n'ai pas changé d'avis, ce sont juste des options différentes. Je suis parti avec l'idée de mettre les onze à leur meilleure place. Il n'est pas dit qu'on ait un seul système, et on peut même changer en cours de match. Les options existaient avant, et ce n'est parce qu'on joue à quatre depuis deux matches que la défense à trois est mise à la poubelle. En compétition, cela se dégagera à un moment ou un autre, ou pas. Mais c'est plutôt intéressant, dans la mesure où on est moins prévisibles pour l'adversaire.

Mike Maignan jouera donc une deuxième fois...
J'avais prévu en début de stage de faire la rotation comme ça. Par rapport à la récupération, j'étais parti comme ça. Mais je vous le redis : tant mieux si on a deux très bons gardiens, mais à partir du moment où Hugo maintient son niveau de performance, comme il l'a fait toute la saison avec Tottenham et avec nous... Mais c'est important aussi pour Mike de jouer plus en quelques jours avec nous qu'en un an et demi.

lire aussi

Décryptage tactique d'Autriche-France : les trois visages des Bleus

Comment gérez-vous Kylian Mbappé, athlétiquement ?
Je gère. Évidemment qu'il n'est pas à 100 %, mais il était prévu qu'il fasse une demi-heure à Vienne (1-1 en Autriche), ce n'est pas parce qu'on était menés qu'il est entré en jeu. Là, c'est le dernier match, il faut faire en sorte de regrouper toutes nos forces pour bien terminer, avec Kylian et ceux qui pourront jouer. Je fais avec la fatigue, je ne vais pas me plaindre non plus. Il y a eu de la fatigue, ou de la décompression après des succès, des petits pépins, trois joueurs qui ont quitté le groupe (Varane, Kanté, Lucas Hernandez), mais mes collègues aussi ont des situations à gérer. Je ne vais pas me plaindre, même si nous, les sélectionneurs, on devrait tous se plaindre...

Jonathan Clauss est le seul joueur de champ qui n'a pas été titularisé. Peut-il jouer à quatre ?
Il a les qualités d'un piston. Il peut jouer à quatre, mais les exigences ne sont pas les mêmes. Il peut le faire, mais je ne veux pas le mettre en difficultés. Si on a le ballon, ce n'est pas un souci, mais défendre comme il le fait en club, ou dans une défense à quatre, ce n'est pas la même chose. »

lire aussi

Christopher Nkunku, la greffe prend avec les Bleus

Kimpembe : « On connaît l'importance de ce match »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles