Les deux relais 4x400 m français qualifiés pour la finale des Mondiaux

Sounkamba Sylla et les Françaises en finale du 4x400 m (F. Faugère/L'Équipe)

En prenant la troisième place de leur série après la disqualification des Pays-Bas, le relais français femmes sur 4x400 m a décroché sa qualification pour la finale, qui aura lieu dimanche. Même réussite pour le relais masculin, 4e de sa série mais qualifié au temps, pour un centième devant...les Pays-Bas.

France - Pays-Bas : 2-0. Les deux relais 4x400 français se sont qualifiés samedi pour les finales qui auront lieu dimanche, et leur joie doit contraster avec la déception néerlandaise. En effet, les Françaises (Sokhna Lacoste, Shana Grebo, Sounkamba Sylla et Amandine Brossier) avaient terminé quatrièmes de leur demi-finale dans un premier temps en 3'28''89 derrière les États-Unis (avec Allyson Felix, rappelée à la dernière minute de sa toute fraîche retraite internationale pour donner un coup de main, et follement acclamée par le Hayward Field), la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. Mais elles ont bénéficié de la disqualification batave (bâton tombé) pour grimper d'un rang et être automatiquement qualifiées. Elles seraient de toute façon passées au temps.

Le relais masculin (Thomas Jordier, Loïc Prévot, Simon Boypa (remplaçant Ludovic Ouceni initialement prévu mais victime d'une gêne à un ischio) et Téo Andant) est lui aussi en finale, qualifié au temps après sa quatrième place en demi-finale en 3'03''13, pour un centième devant les Pays-Bas, cinquièmes de l'autre demi-finale en 3'03''14.

Grebo : « On a de grandes ambitions »

« On est évidemment contentes de passer en finale, c'était le premier objectif. On aurait aimé le faire sans passer par la disqualification des Pays-Bas, analysait Amandine Brossier. Avec un grand Q (qualification directe), ça change pour les couloirs de la finale. En tout ça va nous débloquer, on était toutes un peu stressés, et ça nous met en confiance pour l'équipe, les titulaires comme les remplaçantes. C'est un bon coup de boost. »

Shana Grebo résumait l'état d'esprit collectif avant le grand rendez-vous : « Dans les passages, c'était plutôt correct et en finale on sera encore plus en jambes et on ira plus vite. On a de grandes ambitions et on sera prêtes. » En troisième relayeuse, Sounkamba Sylla a dû éviter quelques embouteillages : « ça poussait beaucoup, je me suis faite un peu surprendre, j'ai essayé d'assurer le passage de témoin, mais quand Shana arrive, il y avait du monde, l'essentiel était de bien le recevoir et de faire un gros départ.»

Jordier : « On peut faire beaucoup mieux »

« La qualification en finale était notre objectif du week-end, donc la première étape est faite, soulignait de son côté Thomas Jordier. On a le huitième temps, donc on va essayer de grappiller une, deux, trois places pour aller le plus loin possible lors de la finale. On peut faire beaucoup mieux, et il faudra être au rendez-vous, parce que la finale se courra beaucoup plus vite. »

Appelé de dernière minute pour pallier la gêne de Ludovic Ouceni, Simon Boypa met l'accent sur le collectif : « On est une équipe, avec six relayeurs, et on est prêts à toutes les éventualités. J'ai répondu présent, avec la petite montée d'adrénaline. J'ai appris à gérer les émotions avec ma préparatrice mentale cette saison, et j'ai fait le job. »

Même faculté d'adaptation pou Téo Andant : « Il n'était pas prévu que je finisse, je ne l'ai appris que vingt minutes avant d'entrer en chambre d'appel, ça m'a mis un petit peu de pression, puisque celui qui finit a un peu la responsabilité du résultat. Je savais que la dernière ligne droite était mon point fort, donc j'ai essayé d'en garder un peu sous le pied. Pour la finale, j'essaierai de coller un peu plus aux autres en début de tour. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles