Deux fois plus d'épisodes de canicule et d'orages en 2022, selon Météo-France

Ciel orageux au-dessus de Nice, dans la nuit du 18 au 19 août 2022
Ciel orageux au-dessus de Nice, dans la nuit du 18 au 19 août 2022

L'année 2022 a connu deux fois plus d'épisodes de canicule et d'orages que la moyenne des dix dernières années, a annoncé mercredi Météo-France en dressant le bilan de ses alertes météo sur le territoire métropolitain concernant les phénomènes extrêmes pour l'an dernier.

Sur l'ensemble de 2022, les épisodes de vigilance canicule orange et rouge ont totalisé 38 journées, soit quatre épisodes d'une durée longue, la plus importante s'étant étalée du 12 au 26 juillet.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Sur les dix dernières années, le nombre d'épisodes de canicule par an se limitait à deux, a précisé Véronique Ducrocq, directrice des opérations pour la prévision chez Météo-France, lors d'un point presse.

L'été 2022, deuxième plus chaud en métropole depuis 1900, a été à ce titre particulièrement exceptionnel, cumulant 33 jours de vagues de chaleur, contre 22 lors de la canicule de 2003, avec notamment des vigilances rouges -le plus haut niveau - dans 14 départements du sud-ouest entre le 16 juin à 16H00 et le 19 juin à 06H00, et 15 sur la façade atlantique du 17 (16H00) au 19 juillet (06H00).

Pour les orages, il y a eu 32 vigilances oranges et rouges l'an dernier, et là aussi "c'est deux fois plus que les années précédentes", a indiqué Mme Ducrocq.

L'un des épisodes les plus marquants a été l'orage d'une intensité exceptionnelle intervenu en Corse le 18 août qui a fait cinq morts, sur lequel Météo-France avait été critiquée pour ne pas avoir déclenché suffisamment tôt l'alerte orange. "De telles valeurs de rafales n'ont jamais été observées auparavant en métropole" et "l'extrême rapidité du phénomène (...) n'ont pas permis de les anticiper", a redit mercredi l'institut de prévisions météorologiques.

Sur l'ensemble de l'année, ce défaut d'anticipation est toutefois resté extrêmement rare, avec un taux de non-détection de 1,4%, soit le plus faible (à égalité avec 2019) depuis 2012.

Les cartes de vigilance de Météo-France existent depuis octobre 2001. Leur nécessité était apparue évidente après la tempête et les inondations de 1999.

Elles couvrent aujourd'hui neuf phénomènes: vent violent, orages, neige-verglas, avalanches, canicule et grand froid (depuis 2004), pluie-inondation, vagues-submersion (depuis 2011) et crues (relai depuis 2020 de l’information du réseau Vigicrues).

En 2022, il y a eu en tout 70 épisodes de vigilance orange ou rouge, tout phénomène confondu en métropole, avec 123 journées distinctes avec au moins un département concerné. "C'est un peu au-dessus de la moyenne des dix dernières années (112 jours) mais loin du maximum atteint en 2018 (144)", a souligné Mme Ducrocq.

Depuis fin novembre, les cartes de vigilance, présentées sous forme de quatre couleurs (vert, jaune -soyez attentifs, orange-soyez très vigilants, rouge-vigilance absolue) pour chaque département et dont l'objectif est de permettre au grand public et aux autorités de prendre des mesures anticipées pour se protéger, ont été étendues sur deux jours, contre un seul auparavant.

dep/jmi/ico/mpm

Plus de contenus provenant de