Deux sacres pour Israël aux Championnats d'Europe à Tel Aviv

Les Championnats d'Europe à Tel Aviv ont permis à Israël d'être sacré en ensemble et grâce à la jeune Daria Atamanov (16 ans). La France progresse, notamment l'ensemble (6e) et Hélène Karbanov (13e).

En l'absence des Russes et des Biélorusses, on se doutait que les cartes seraient redistribuées lors des Championnats d'Europe de gymnastique rythmique, qui se sont achevés ce dimanche à Tel Aviv. Mais, à la maison, est-ce si surprenant qu'Israël ait obtenu de telles récompenses ? Bien sûr, Linoy Ashram était une gymnaste si exceptionnelle qu'elle avait battu les jumelles Averina pour le titre olympique l'été dernier, sans autre contestation possible que la mauvaise foi russe. Seulement, la pétillante brune a mis un terme à sa carrière, a rejoint le staff technique de son équipe nationale, était dans les gradins toute la semaine. Et cela semblait difficile d'imaginer lui trouver aussi vite une héritière.

Daria Atamanov « un peu sous le choc »

Mais il faut croire qu'Israël est devenue une place forte sur l'échiquier. En individuel, on avait imaginé un duel entre l'Italienne Sofia Raffaeli et la Bulgare Boryana Kaleyn. Mais la première est passée à côté de son concours général (4e) et la seconde a laissé échapper son ballon (2e). C'est donc la toute jeune Daria Atamanov (16 ans) - qui vit comme son aînée à Rishon LeZion, travaille aussi avec Ayelet Zussman et... Ashram - qui décroche le prestigieux titre.

lire aussi

L'actu de la gym rythmique

« Je suis un peu sous le choc », déclarera l'adolescente qui a débuté à sept ans, fille d'une traductrice et d'un spécialiste high-tech qui n'ont jamais été impliqués dans le sport. Et ce sacre ne sort pas tout à fait de nulle part puisque Daria Atamanov avait déjà obtenu un titre européen juniors aux massues. En finale par engin, elle ne réitèrera pas, les deux favorites se partageant les quatre médailles d'or (cerceau et massues pour Rafaelli, ballon et ruban pour Kaleyn).

Mais le festival n'aurait pu être complet si les Israéliennes ne s'étaient pas imposées également dans le concours général des ensembles, alors que l'Italie allait dominer les deux finales aux 5 cerceaux, puis aux 3 ballons-2 rubans.

L'ensemble tricolore 5e aux ballons-rubans

L'équipe de France, de son côté, progresse doucement. Les deux individuelles en lice ont réussi à se hisser dans la finale du concours général réunissant les 24 premières des qualifications : Lily Ramonatxo termine justement 24e, mais la Calaisienne Hélène Karbanov s'est approchée du top 10 (13e), avant de disputer la finale au ruban (7e).

Quant à l'ensemble composé d'Emma Delaine, Manelle Inaho, Lozéa Vilarino, Ashley Julien, Eléonore Caburet et Ainhoa Dot-Espinosa, il s'est glissé à la 6e place du général, avant d'obtenir la 7e place aux cerceaux et, surtout, la 5e aux ballons-rubans.

« Tout n'est pas parfait, mais la stabilité est bien meilleure. Cela permet de garantir la performance et de construire un avenir ambitieux », apprécie Kevinn Rabaud, le DTN des petites Bleues.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles