Deuxième avant Rotorua, Tomas Lemoine à la conquête du titre suprême en VTT freestyle aux Crankworx

Tomas Lemoine, à Innsbruck. (D. R.)

Avant la dernière manche des Crankworx (le circuit mondial de VTT freestyle) du 5 au 13 novembre à Rotorua en Nouvelle-Zélande, Tomas Lemoine pointe à la 2e place du classement prestigieux de « King of Crankworx ». Un trophée du rider le plus polyvalent de la saison que le Français veut ramener à Marseille.

En forme et détendu avant le sprint final, Tomas Lemoine aborde la dernière épreuve de la saison sans pression. Au coude à coude avec le leader canadien Bas Van Steenbergen pour le titre de « King of Crankworx », récompensant le rider le plus polyvalent de la saison, ils ne sont plus deux à se battre pour le trophée. « Je vais tout donner même si cela ne dépend pas que de moi », a confié Lemoine, motivé avant la manche de Rotorua (Nouvelle-Zélande), quatrième et dernier rendez-vous du Crankworx World Tour (le circuit mondial de VTT freestyle). 13 points séparent Lemoine de Van Steenbergen, lequel a repris le leadership au classement général juste avant l'ultime manche néo-zélandaise.


lire aussi

VTT freestyle : Lemoine présente les disciplines des Crankworx


Un duel à distance

Pour espérer gagner le titre, Tomas Lemoine devra faire un sans-faute. « Il faudra que je gagne le speed & style, le slopestyle et un podium en pumptrack, détaille-t-il avec plein de lucidité. J'ai une petite rancoeur envers mon run en slopestyle à Cairns, et je veux faire mieux à Rotorua. En speed & style je suis invaincu cette saison et je compte bien faire mon maximum pour le rester, ça serait incroyable. Mais le titre (de « King of the Crankworx ») convient plus à un racer et Bas (Van Steenbergen) en fait partie. » Double tenant du titre, le Canadien dispute une épreuve de plus par rapport au Français, ce qui lui permet d'avoir un temps d'avance sur le seul candidat à sa succession.


Invaincu en speed & style

Depuis le début de la saison à Innsbruck (Autriche) en juin dernier, le Tricolore est invaincu dans la discipline de speed & style - trois succès en autant de courses - mais il se distingue également avec deux tops 10 en slopestyle (7e à Innsbruck et 9e en Australie). « J'affectionne tout particulièrement le speed & style parce que c'est un format un peu plus race, et plus excitant, sourit le Marseillais. Le slopestyle, tu es seul donc tu prends un peu moins de plaisir. »


lire aussi

VTT slopestyle : Lemoine et Bringer, deux Français sur le podium de la Red Bull Joyride

Aligné dans trois disciplines, Tomas Lemoine ne participe pas aux épreuves de descente et de dual slalom, qui ne font pas partie de ses spécialités. « Les journées sont longues, explique le rider de 26 ans. Parfois, je n'arrive pas à faire les trois épreuves. Entre les journées de practice (entraînement), les reconnaissances sur la piste et la course, l'énergie demandée est trop importante. »


Une préparation inchangée

Avant la manche finale à Rotorua, Tomas Lemoine s'entraîne chez lui, à Marseille. « J'ai quelques spots qui me plaisent bien et qui sont à côté de chez moi. Timothé Bringer (2e de la Red Bull Joyride 2022 et également sur le circuit World Tour, ndlr) m'accompagne pour rouler car il habite à Nice. C'est toujours mieux d'être à deux, ça me motive. » Pour cette édition 2022, Rotorua jouera la carte de la nouveauté avec une nouvelle piste que les riders auront le temps de découvrir lors des sessions de reconnaissance.