Un deuxième entraîneur du Pôle France de gymnastique de Marseille renvoyé devant le tribunal

Pierre Ettel et Vincent Pateau font l'objet d'accusations de « harcèlement moral ». (F. Porcu/L'Équipe)

Pierre Ettel, entraîneur passé par le Pôle France de gym de Marseille, sera jugé à la mi-octobre pour « harcèlement moral », dans le même temps que Vincent Pateau, directeur technique de la structure, lui aussi poursuivi.

Selon nos informations, Pierre Ettel, ancien entraîneur au Pôle France de gymnastique de Marseille au cours des années 2010, comparaîtra à la mi-octobre devant le tribunal correctionnel de Marseille pour des soupçons de « harcèlement moral sur mineur de 15 ans ». « Il fait l'objet de poursuites sous la forme d'une citation directe », nous a confirmé, ce mercredi, le parquet de Marseille.

lire aussi

Un entraîneur du Pôle France de gymnastique de Marseille bientôt jugé pour « harcèlement moral »

Ettel, qui n'a pas répondu à nos sollicitations, sera jugé lors de la même audience que Vincent Pateau, l'actuel directeur technique du Pôle France de gym de Marseille qui, comme révélé lundi, est lui aussi accusé de « harcèlement moral » par d'anciennes pensionnaires.

Deux dossiers potentiellement liés

Ce dernier avait été placé en garde à vue en novembre 2021, dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte à son encontre et à la suite de divers signalements. Depuis, il demeure sous contrôle judiciaire et n'a pas le droit d'entrer en contact avec les victimes présumées.

Si le parquet de Marseille insiste sur le fait qu'il s'agit de « deux dossiers distincts », ils semblent toutefois assez liés puisque les accusations envers Ettel auraient été formulées par une des plaignantes de l'affaire Pateau, au détour des investigations.

lire aussi

Toute l'actualité de la gymnastique

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles