Diagonale des fous : les sentiers de la gloire

Fin octobre, la Réunion fêtait la trentième édition de la Diagonale des Fous, ce must de l'ultra-trail qui traverse l'île de l'Océan indien. De Saint-Pierre à Saint-Denis, en passant le piton de la Fournaise, les cirques de Mafate et Cilaos, les forçats de la course à pied ont été célébrés durant ces quatre jours.

Jeudi 20 octobre, 21 heures. 2 816 spécialistes des ultra longues distances s'apprêtent à prendre le départ à Saint-Pierre. Seuls 1 887 seront classés.

Après plus de trente heures de course, des concurrents improvisent un brin de toilette, dans l'un des douze points de ravitaillement placés sur le parcours. Le but : se rafraîchir, bien sûr, mais également prévenir les possibles ampoules ou échauffements, notamment au niveau des pieds.

Un tiers de la course, environ 60 km, se déroule dans le spectaculaire cirque de Mafate, au coeur de l'île de la Réunion (ci-dessus) dont le point culminant se situe à 1 100 m d'altitude.

Lors des dernières heures de la Diagonale des Fous, les concurrents arpentent les pavés du « Chemin des Anglais » (ci-dessous), un sentier historique mis en service en 1732, long de 18,8 km reliant La Possession à Saint-Denis, lieu d'arrivée de l'épreuve.

Drôle de petit-déjeuner pour les coureurs qui se voient proposer après 120 km de course un plat de lentilles. Histoire de refaire le plein d'énergie.

Monter, descendre, éviter la chute et rarement profiter du panorama comme ici lors de la traversée du sentier scout, un passage aérien au coeur de Mafate.

Courtney Dauwalter a longtemps cru pouvoir monter sur le podium du scratch pour sa première participation. Finalement, l'Américaine de 37 ans, la meilleure ultra-traileuse au monde, finit quatrième à moins de dix-sept minutes de la troisième place décrochée par son compatriote Ben Dhiman mais remporte le classement féminin.