La difficile gestion d'un effectif très dense pour Peter Bosz à Lyon

Rémy Vercoutre et Peter Bosz donnent leurs consignes à Moussa Dembélé et Bradley Barcola avant leur entrée contre Auxerre. (A. Martin/L'Équipe)

L'OL a un effectif étoffé qui va obliger l'entraîneur Peter Bosz à laisser certains cadres hors du groupe, comme Houssem Aouar à Lorient ce mercredi soir.

Dans leurs plus beaux rêves estivaux, les dirigeants lyonnais espéraient affiner leur effectif, se délester du poids de certains joueurs pour avoir une concurrence moins dense. Quand les costauds du dernier Championnat pourront profiter des rencontres de milieu de semaine en Europe, le régime plus strict de l'OL contraint le club à une approche minutieuse des forces en présence. Le déplacement, ce mercredi soir, à Lorient, reporté en raison de l'état du terrain mi-août quand le festival interceltique avait détruit la pelouse, permet toutefois à Lyon d'enchaîner puisque Monaco se profile dès dimanche. Cela pourrait aider à taire certaines impatiences.

lire aussi

Calendrier/Résultats

lire aussi

Classement

Mais la norme du rendez-vous hebdomadaire va reprendre le dessus, engendrant de classiques soucis de surpopulation. Plus problématique encore : des Lyonnais devront être sortis de la liste des 20 inscrits sur la feuille.

Contre Angers, Bosz s'était passé de Sinaly Diomandé et de Houssem Aouar, sans oublier l'absence de Jérôme Boateng, toujours en phase de reprise. « Vu que Houssem et Sinaly avaient été blessés, rappelle l'entraîneur, ils ne s'étaient entraînés avec le groupe complètement que deux ou trois fois, ils n'étaient donc pas prêts pour moi. » Unique raison ? « Ça pouvait être la raison mais ils étaient aussi vraiment occupés avec leur transfert. Et je veux des joueurs à 100 % mentalement. »

Embouteillage au milieu

La fermeture du mercato a mis fin aux incertitudes. Bosz a parlé avec les deux hommes pour connaître leur état d'esprit avant ce voyage en Bretagne. Et il a choisi de laisser Aouar à la maison. Sachant que les potentiels remplaçants restent inamovibles (Rémy Riou, Henrique, Da Silva, Favre, Reine-Adélaïde, Dembélé, Barcola, Cherki), l'étau se resserre sur l'international (1 sélection).

Et on ne parle pas de Mohamed El Arouch, l'un des jeunes espoirs du cru qui espère apparaître dans l'effectif. « Il y a de la concurrence au milieu, admet Bosz. C'est aux joueurs de me montrer qu'ils doivent être là. Sur les trois derniers matches, j'ai d'ailleurs eu un effectif de 19 joueurs sur la feuille de match. Il y a donc de la place pour un joueur. » Qui est Diomandé à Lorient. L'entraîneur sait que seuls les succès aident à avancer même si sur le banc, des cadres potentiels pourraient trouver le temps long à l'image de Moussa Dembélé, auteur de deux buts lors de ses entrées récentes.

« Pour moi, ça commence déjà par : "Est-ce que le joueur s'entraîne bien ?", souligne Bosz. Moussa, c'est ça. Et en plus, il marque deux buts (Reims, 1-1, et Angers 5-0). » Cela pourrait-il pousser le Néerlandais à l'associer à Alexandre Lacazette devant ? « Les deux peuvent jouer ensemble », souligne-t-il.

Pour une bonne gestion psychologique, Bosz, dès son retour dans le vestiaire après Angers, a tenu à saluer le rôle des remplaçants, capables de garder le premier clean sheet de la saison. Il lui faudra faire preuve de finesse, de tact au moins jusqu'au mercato hivernal pour garder tous ces équilibres. D'où l'importance de continuer à vaincre.

lire aussi

Toute l'actu de la L1