En difficulté en ligne droite, Petrucci est optimiste pour Valence

Léna Buffa
·3 min de lecture

Après un double week-end morose en Aragón pour la quasi-totalité du groupe Ducati, a voulu quitter les lieux avec une pointe d'optimisme, qu'il a puisée dans des changements de réglages et des progrès dans la gestion du pneu arrière. "Après les qualifs, j'ai failli essayer la moto de la semaine dernière, mais on a finalement gardé l'évolution que l'on avait, et ça s'est bien passé", se félicitait le pilote italien à l'issue de la course.

Une course qui l'a vu évoluer bien loin des avant-postes, lui qui a remporté le Grand Prix de France deux semaines plus tôt, mais durant laquelle il a livré une performance personnelle qu'il jugeait satisfaisante au vu des difficultés qu'il traîne depuis plusieurs semaines.

"J'ai clairement eu beaucoup de difficultés en ligne droite, entre le quatrième et le sixième rapport. On l'a remarqué depuis le Red Bull Ring et c'est un problème car je n'arrive pas à me maintenir à proximité des autres pilotes pour les passer", déplorait-il au micro du site officiel du MotoGP. "J'étais très en difficulté en ligne droite et je ne pouvais tout simplement pas dépasser les autres pilotes, ou ne serait-ce que rester proche d'eux. Heureusement, j'avais de très bonnes sensations au freinage, où j'étais très agressif, et cela m'a un peu aidé à doubler d'autres pilotes."

Cal Crutchlow, Team LCR Honda

Cal Crutchlow, Team LCR Honda<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Cal Crutchlow, Team LCR HondaGold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

"Content de [sa] performance personnelle" en quittant Alcañiz, il se voulait confiant pour les deux prochains Grands Prix, qui seront disputés à Valence, une piste qui ne présente qu'une seule véritable ligne droite, de 100 m plus courte, et dont la vitesse de pointe est de 15 km/h inférieure à celle d'Aragón. "C'est clair que se battre si dur pour une dixième place, ça n'est pas ce qu'on a connu de mieux, mais j'espère qu'à Valence la situation sera meilleure. Le bitume est assez récent par rapport à celui-ci, qui est très vieux, alors je suis positif car j'ai de bonnes sensations sur la moto, on a juste manqué d'un peu de grip en entrée de virage."

"C'est clair que cela me donne de gros espoirs. Sur cette piste, on est très en difficulté au moment d'atteindre l'angle maximum, parce que la piste est très usée, or à Valence, c'est bien, j'ai de très bonnes sensations sur la moto. Les réglages sont plus ou moins les mêmes qu'à Barcelone. J'ai retrouvé mes bonnes sensations au freinage, alors je suis très optimiste pour Valence, parce qu'il n'y a pas beaucoup de lignes droites, comme au Mans. Je veux donc m'y battre pour les positions qui comptent."

Lire aussi :

Heureux de son top 5, Zarco a même pensé au podium Bagnaia compte sur les données de Zarco pour se relancer

Lui qui sait pertinemment que l'on peut d'une semaine à l'autre passer de la plus haute marche du podium à la dernière place de la zone des points espère à présent que l'ultime série de trois courses pourra lui sourire à nouveau. "Tout peut toujours changer, d'autant qu'on avance dans l'année et on a pu voir à quel point trois gouttes d'eau au Mans pouvaient peser lourd. À Valence, il fait toujours très froid, le bitume est neuf", soulignait-il.

"À mon avis, la donne change beaucoup par rapport aux autres années", précisait-il, souhaitant oublier le palmarès mitigé de Ducati à Valence. "Cette année, il est vraiment difficile de prévoir avant les courses ce qui va se passer. La seule chose que j'avais prévue, c'est que je serais compétitif au Mans et ça a été le cas, alors je ne me risque plus à dire quoi que ce soit d'autre, je ne fais plus de pari pour cette année !"

Avec Vincent Lalanne-Sicaud