Dimitri Jozwicki, sprinteur handisport et ergothérapeute, rêve des Jeux paralympiques de Tokyo

Apolline Merle
·1 min de lecture

Il est l’étoile montante de l’athlétisme handisport français. A 24 ans, Dimitri Jozwicki veut croire en son rêve de participer pour la première fois à des Jeux paralympiques. Ce spécialiste du 100 mètres est atteint d’une infirmité motrice cérébrale (IMC), qui se traduit par une paralysie partielle des quatre membres. Cela entraîne un déficit d’amplitude articulaire, des problèmes de coordination et de crispation musculaire. Un handicap qu’il porte depuis sa naissance, mais qui n’a été découvert qu’en classe de CP à la suite de problèmes de motricité.

Pourtant, celui qui pratique l’athlétisme depuis onze ans, ne pensait pas avoir sa place dans le handisport. “J’ai un handicap léger et qui ne se voit pas au premier abord”, confie Dimitri Jozwicki. Le Nancéien a déjà glané six titres de champion de France et atteint deux fois la finale du 100m au championnat du monde (en catégorie T38). Actuellement 9e mondial, le sprinteur doit se hisser en 6e position afin de valider son ticket pour Tokyo. “L’écart est très serré, mais je ne suis pas loin du tout”, estime-t-il. Son temps de référence est de 11’45 sur le 100m, à huit centièmes du 6e. Il a jusqu’en juin pour décrocher son billet pour les Jeux.

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi