Diogo Jota, la nouvelle hype portugaise