Discipline : rien de probant sur l'altercation Slimani-Gastien

Johan Gastien ne devrait pas être sanctionné. (J. -M. Hervio /L'Équipe)

L'instruction sur les déclarations de l'attaquant brestois, qui accuse le capitaine de Clermont d'insultes racistes, n'a manifestement pas permis de faire la lumière sur cette affaire. Ce mercredi soir, la commission de discipline de la LFP devrait constater son incapacité à trancher.

Le 23 octobre dernier, à l'occasion du match Clermont Foot - Stade Brestois (1-3), l'attaquant du club breton Islam Slimani s'était plaint auprès du quatrième arbitre d'avoir été la cible de propos racistes. L'Algérien a pointé du doigt Johan Gastien, qui l'aurait traité de « sale arabe », avant de parler de « sale blédard » à l'issue de la rencontre.

lire aussi : Toute l'actualité du football

Visé, le Clermontois s'est ensuite vivement défendu face aux médias en déclarant : « Jamais de ma vie je ne dirais ça. Le problème, c'est que dans cette histoire, c'est moi qui passe pour un con. Je sais ce que j'ai dit, les collègues sur le terrain ont entendu aussi ce qu'il s'est passé ».

Parole contre parole

Saisie du dossier, la commission de discipline de la Ligue a demandé une instruction afin de tenter d'établir les faits. Selon nos informations, malgré les différentes auditions, le rapport remis à l'issue de cette enquête ne permet pas de se faire une opinion très claire sur cette altercation. Et c'est toujours à peu près « parole contre parole », comme c'est régulièrement le cas dans ce type d'affaires.

lire aussi : Toute l'actualité de la Ligue 1

Réunie ce mercredi soir, la commission de discipline de la LFP devrait donc constater la difficulté à trancher et logiquement ne pas sanctionner Johan Gastien. L'article 9 du règlement disciplinaire de la FFF, applicable en L1 et en L2, prévoit pour « comportement raciste / discriminatoire (propos, geste et/ou attitude visant une personne en raison notamment de son idéologie, sa race, son appartenance ethnique, sa confession, sa nationalité, son apparence, son orientation sexuelle, son sexe ou son handicap) » une sanction indicative de dix matchs de suspension. Mais au vu du dossier, une telle sanction ne sera évidemment pas appliquée.