Ce que dit la règle sur la main de Dembélé dans la surface lors de OM-OL

Moussa Dembélé a marqué dimanche soir lors de la victoire de l'OL à Marseille. (F. Porcu/L'Équipe)

L'article 12 de l'International Board laisse une grande marge de manoeuvre aux arbitres qui ont considéré que la main de Moussa Dembélé, dimanche, lors de la victoire de l'OL à Marseille (3-0) n'était pas sanctionnable.

Avant de marquer le but du break dimanche soir au Vélodrome et d'assurer la victoire de l'OL à Marseille (3-0), Moussa Dembélé s'est retrouvé au coeur d'une action litigieuse dans sa propre surface. Les Olympiens ont obtenu un coup franc à la 25e minute que Payet a joué rapidement vers Gerson. Le Brésilien a centré en retrait et le ballon a heurté le bras de Dembélé qui était venu tacler. L'arbitre de la rencontre Antony Gautier a décidé de ne pas siffler penalty et le VAR ne l'a pas contredit, ce qui a provoqué l'incompréhension des joueurs et des dirigeants marseillais.

Sans le vouloir, l'attaquant lyonnais a relancé l'éternel débat sur un point du règlement qui n'est toujours pas clair dans l'esprit des acteurs du jeu, des commentateurs et des supporters. Mais que dit la règle sur les mains dans la surface ?

Le ballon doit arriver en dessous de l'aisselle

En la matière, c'est le règlement de l'IFAB qui fait foi. Dans un souci de cohérence et de clarté, l'International Board, qui est en charge des règles du jeu dans le foot, avait modifié son règlement en mars 2021 avec une mise en application à partir de la saison actuelle. Son article 12 relatif aux fautes et aux inconduites pose désormais plusieurs conditions pour qu'une main soit sanctionnée par l'arbitre.

Premièrement il faut que le ballon touche une partie du bras inférieure à l'aisselle du défenseur. Cela semble être le cas sur l'action de Moussa Dembélé au Vélodrome dimanche soir. Le ballon est arrivé au niveau de son brassard de capitaine, voire légèrement plus bas. Mais il se pourrait que les arbitres aient considéré qu'il n'y avait pas main du tout de la part de l'attaquant de l'OL.

Une main volontaire ou un élargissement artificiel de la surface du corps

Ensuite, l'IFAB explique qu'une main défensive est sanctionnable dans deux cas de figure. Le premier porte sur les « mains délibérées » et ne concerne pas le geste de Dembélé. En effet, le Français n'a pas réalisé de « mouvement du bras ou de la main vers le ballon ».

C'est le deuxième point qui a interrogé l'état-major marseillais après la rencontre. Le règlement stipule qu'une faute est commise « si un joueur a augmenté artificiellement la surface couverte par son corps. » C'est-à-dire s'il a rendu « son corps anormalement plus grand lorsque la position de sa main, ou de son bras, n'est pas justifiée par le mouvement du corps du joueur pour cette situation spécifique ». Autrement dit, le fait que le défenseur élargisse la surface de son corps ne suffit pas.

La part d'interprétation des arbitres

L'article 12 accorde une grande marge de manoeuvre aux arbitres, les incitant à ne pas siffler systématiquement mais plutôt à « user de leur jugement ». C'est très certainement sur cette base-là que Monsieur Gautier et ses assistants ont pris leur décision. Si Moussa Dembélé a bien agrandi la surface de son corps en se jetant au sol les bras écartés, les arbitres ont sûrement considéré que cet élargissement n'était pas « artificiel » et que la position de son bras avait été provoquée par un mouvement naturel : le tacle glissé.

lire aussi

Pablo Longoria et Jean-Michel Aulas favorables à la sonorisation des arbitres

Cette part d'interprétation laissée aux arbitres avec la notion de « situation spécifique » va sans doute provoquer d'autres débats sans fin dans les semaines à venir. Une action similaire à celle de dimanche peut tout aussi bien être sanctionnée à la lecture du règlement.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles