Dix pilotes que Peugeot devrait envisager pour son retour en 2022

Jamie Klein
·5 min de lecture

Olivier Jansonnie, le directeur technique de Peugeot Sport, a confié que le constructeur avait déjà commencé à se plonger dans les données des cinq dernières saisons du WEC et de l'ELMS afin de composer ses équipages, avant d'appliquer des "critères plus sélectifs", comme le retour d'informations et la capacité à travailler dans une équipe. Cette déclaration sous-entend que les pilotes disposant de plusieurs années d'expérience au volant de prototypes devraient être favorisés, mais d'autres éléments tels que l'âge, la nationalité, la disponibilité contractuelle et même les prétentions salariales devraient jouer un rôle dans le choix de Peugeot. En prenant tous ces éléments en compte, nous avons sélectionné dix pilotes venus de toutes les catégories d'Endurance et que nous pensons en lice pour une place chez Peugeot en 2022.

Jean-Eric Vergne, G-Drive Racing

Jean-Eric Vergne, G-Drive Racing<span class="copyright">Sam Bloxham / Motorsport Images</span>
Jean-Eric Vergne, G-Drive RacingSam Bloxham / Motorsport Images

Sam Bloxham / Motorsport Images

est forcément l'un des favoris chez Peugeot. Oui, il est Français, mais il est surtout l'un des leaders de la catégorie LMP2 au 24 Heures du Mans depuis plusieurs années, avec le G-Drive Racing, et il est déjà membre de la famille PSA, en portant les couleurs de la marque DS en Formule E avec Techeetah. Vergne bénéficie d'une grande expérience du Mans, d'un passé en Formule 1, d'un niveau de performance très élevé et d'une grande maturité, le tout à seulement 30 ans, ce qui fait de lui un choix attractif pour le long terme chez Peugeot.

Olivier Quesnel, Pedro Lamy, Simon Pagenaud and Sebastien Bourdais

Olivier Quesnel, Pedro Lamy, Simon Pagenaud and Sebastien Bourdais <span class="copyright">Eric Gilbert</span>
Olivier Quesnel, Pedro Lamy, Simon Pagenaud and Sebastien Bourdais Eric Gilbert

Eric Gilbert

Évidemment, si l'expérience est la priorité de Peugeot, rien ne l'empêche de faire appel aux pilotes de l'ère 908 et dans ce cas, représenterait un bon point de départ. Pagenaud, âgé de 36 ans, a roulé pour Peugeot en 2009 et il a remporté le titre LMP2 en American Le Mans avant de devenir l'un des hommes forts de l'IndyCar, où il a décroché un titre et remporté les 500 miles d'Indianapolis pour l'équipe de Roger Penske. L'immense expérience et la finesse technique de Pagenaud pourraient faire de lui l'un des premiers noms sur la shortlist du constructeur français, surtout si l'on prend en compte l'incertitude autour de son avenir à long terme chez Penske, en tous cas pour une saison complète, en raison de l'arrivée de Scott McLaughlin dans l'équipe.

Un autre pilote français en IndyCar, , revenu chez Foyt cette année, est lui aussi un ancien pilote de la 908 qui n'en a pas fini avec la course sarthoise. Âgé de 41 ans, le natif du Mans rêve toujours d'un succès à domicile après en être passé très près en 2011 et, comme Pagenaud, il peut apporter énormément d'expérience et une grande expertise technique. Bourdais est le pilote le plus âgé de notre liste, mais il est toujours à son meilleur niveau et il pourrait jouer un rôle important dans le développement de la nouvelle voiture.

Filipe Albuquerque

Filipe Albuquerque<span class="copyright">Michael L. Levitt / Motorsport Images</span>
Filipe AlbuquerqueMichael L. Levitt / Motorsport Images

Michael L. Levitt / Motorsport Images

Parmi les autres pilotes Audi expérimentés, l'un d'entre eux est en grande forme en ce moment, . Après avoir perdu son baquet chez Action Express Racing en IMSA, le Portugais a été très performant en WEC et en ELMS, ayant déjà assuré le titre LMP2 dans les deux championnats cette année, aux côtés de Phil Hanson. Il est également dans le rythme lorsqu'il participe aux courses longue distance de l'IMSA. Même si le pilote de 35 ans semble être en passe de retrouver une place à plein temps en IMSA l'an prochain, avec le Wayne Taylor Racing, ses performances en Europe ne peuvent pas être ignorées par Peugeot, et Albuquerque pourrait difficilement dire non s'il était approché.

En parlant des pilotes Action Express, un nom à envisager est celui de , qui s'est forgé un CV impressionnant en Endurance, à seulement 27 ans. Trois victoires aux 12 Heures de Sebring, et un succès supplémentaire dans la course courte sur la piste floridienne cette année, ainsi que des victoires aux 24 Heures de Daytona et à Petit Le Mans ont fait du Brésilien un pilote très convoité. Et même s'il n'est peut-être pas encore un grand nom, il sera probablement l'une des options les moins coûteuses de cette liste, et il peut aussi mettre en avant son expérience dans une équipe d'usine en GT, avec Ford.

Parmi les autres jeunes pilotes, l'espoir français ne peut pas être ignoré. Il a fait fait forte impression au Mans avant de fêter ses 20 ans, en jouant un rôle important dans la victoire en LMP2 et le podium au général du Jackie Chan DC Racing en 2017, suivis de la troisième place au général avec Rebellion l'an dernier. Laurent est devenu le pilote d'essais et de réserve de Toyota, et quand le constructeur l'a libéré en faveur de Nyck de Vries, il a rejoint Signatech. Le pilote maintenant âgé de 22 ans pourrait représenter l'avenir aux yeux de Peugeot, même si Alpine pourrait être tenté de le conserver avant de peut-être lancer son propre programme Hypercar.

Gustavo Menezes

Gustavo Menezes<span class="copyright">Michael L. Levitt / Motorsport Images</span>
Gustavo MenezesMichael L. Levitt / Motorsport Images

Michael L. Levitt / Motorsport Images

Puisque Peugeot a déjà annoncé qu'une prédominance des pilotes français n'était pas requise dans ses équipages, d'autres pilotes avec une expérience récente en prototype peuvent être envisagés. Nous pourrions évoquer plusieurs pilotes chevronnés comme Bruno Senna ou Renger van der Zande, des espoirs comme Job van Uitert ou Mikkel Jenson, mais nous optons pour l'équipier de Senna chez Rebellion, , comme dernier choix.

L'Américain de 26 ans a remporté la catégorie LMP2 aux 24 Heures du Mans avec l'Alpine Signatech et il a été très performant dans la Rebellion LMP1, le meilleur exemple étant son tour de qualification dans la Sarthe cette année, entre les deux Toyota. Comme Laurent, Menezes a des liens avec Alpine et la marque de Renault pourrait donc tenter de le verrouiller. Mais à ce jour, seul un constructeur français a annoncé un programme d'usine Hypercar...