Domenicali remplacé à la FIA par l'ancien directeur de Force India

Adam Cooper
·2 min de lecture

Bob Fernley va devenir directeur de la Commission monoplace de la FIA à la place de Stefano Domenicali, qui prendra le poste de président et PDG de la Formule 1 le mois prochain.

Lire aussi :

Stefano Domenicali : la relève de la garde

Fernley a travaillé pour l'écurie Ensign F1 ainsi qu'en IndyCar dans les années 1980 avant de devenir un acteur clé de Force India lorsque son ami Vijay Mallya a racheté l'écurie alors baptisée Spyker fin 2007. Il a cependant quitté l'équipe à l'été 2018 lorsqu'elle a été placée sous administration judiciaire avant d'être rachetée par un consortium mené par Lawrence Stroll.

En 2019, Fernley a brièvement mené le programme de McLaren aux 500 Miles d'Indianapolis, qui a connu une conclusion frustrante avec la non-qualification de Fernando Alonso. Il est également impliqué dans la promotion de jeunes ingénieurs via une association avec le centre national d'ingénierie en sports mécaniques de l'Université de Bolton.

"Je crois que le rebelle a enfin intégré l'ordre établi !" s'exclame Fernley auprès de Motorsport.com. "Je marche sur les traces de deux très bons prédécesseurs en Gerhard [Berger] et Stefano. J'ai donc du pain sur la planche pour égaler ce qu'ils ont fait au fil des années. Il va me falloir quelques mois pour prendre mes marques, comme vous pouvez l'imaginer. Mais une fois bien installé, espérons pouvoir continuer le bon travail qu'ils ont fait, et peut-être le faire progresser un peu."

La commission a déjà abattu une grande partie de son travail en consolidant la pyramide des formules de promotion via les échelons F4, F3 et F2, mais ce n'est pas fini. "Gerhard et Stefano ont mis tout ça en place, mais je pense qu'il reste probablement du travail à faire, en particulier sur les coûts", poursuit Fernley. "C'est quelque chose qui était très important à mes yeux, même chez Force India. Je nous vois poursuivre ce processus pour nous assurer que cela puisse devenir aussi bon marché que possible afin qu'autant de gens que possible puissent participer."

"Il s'agit de comprendre la situation actuelle des catégories, car forcément, je débarque, et quand quelqu'un débarque, il a toujours un avis différent sur les choses, il porte un nouveau regard dessus, ce qui n'est pas une mauvaise chose. Mais le plus important est de poursuivre la gestion qui a déjà été mise en place et de travailler à partir de ça."