La Dorna a envisagé un vol spécial depuis Nice pour courir au Qatar

Léna Buffa
motorsport.com

Alors que débute le week-end du Grand Prix du Qatar dans une atmosphère étrange, le championnat étant exceptionnellement privé de sa catégorie reine, Carmelo Ezpeleta a tenu une conférence de presse cet après-midi à Losail. Le PDG de Dorna Sports a ainsi souhaité revenir sur les événements de ces derniers jours mouvementés qu'a connus le paddock MotoGP et répondre aux nombreuses interrogations que pouvaient se poser les journalistes sur cette épineuse et mouvante question du coronavirus et de son impact sur le championnat.

"Avant toute chose, il est important de clarifier que la collaboration avec les autorités du Qatar a été très bonne. C'est quelque chose qui change de jour en jour et nous essayons de nous organiser, et en accord avec toutes les personnes du paddock nous essayons de faire notre maximum", a expliqué le promoteur du championnat, qui a travaillé en étroite collaboration avec le ministère des Sports du Qatar, lui-même en lien direct avec le ministère de la Santé, afin de suivre l'évolution de la situation et de trouver les meilleures solutions.

Le paddock

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
Le paddock <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Le paddock Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

L'accord semblait pratiquement trouvé, néanmoins la situation allait fortement évoluer et mettre un terme à l'espoir de maintenir la course MotoGP. "Soudain, dimanche en début d'après-midi, un vol en provenance de Rome a été interdit d'entrée ici. Ils donnaient alors deux possibilités : soit retourner en Italie, soit observer une quarantaine de 14 jours. Bien entendu, aucune de ces deux possibilités n'était bonne pour nous. Nous avons essayé d'organiser un vol depuis Nice pour venir ici, […] mais dimanche après-midi nous avons vu que ce n'était pas possible."

"Nous suivons ce que le ministère de la Santé du Qatar dit, et ils ont dit que ce n'était pas possible", ajoute le patron de la Dorna. Face à l'impossibilité de trouver une quelconque solution pour les nombreux membres d'équipes vivant en Italie, la course MotoGP a été annulée dimanche soir. "Nous avons eu beaucoup de chance que les tests Moto2 et Moto3 aient eu lieu une semaine avant [le Grand Prix], car tout le monde était sur place et cela a fait en sorte qu'il a été très facile d'organiser les deux courses ici", précise Ezpeleta.

Lire aussi :

L'Australie resserre ses mesures sur les voyageurs venus d'ItalieCoronavirus : les 24 Heures du Mans ne sont pas sous la menace

La course MotoGP annulée "en principe"

Quant à l'épreuve MotoGP, elle n'est pas, au contraire de celle de Buriram, reportée mais bel et bien supprimée pour cette saison. "La course MotoGP est annulée, car il n'y a pas d'autre possibilité [pour la reporter]", confirme Carmelo Ezpeleta, qui rappelle le manque de flexibilité de Losail cette année : "Le Qatar s'est engagé à mener des travaux pour l'année prochaine, portant notamment sur le drainage, et ils ont besoin de les entamer dès à présent car ils ont déjà un contrat."

"Si à la fin de la saison il y a une possibilité, alors nous verrons", précise toutefois le PDG de la Dorna, rappelant si besoin est que cette situation reste très changeante. "Aujourd'hui, la situation est que nous aurons des courses Moto2 et Moto3 ce week-end et en principe la course MotoGP au Qatar est annulée, mais comme je l'ai dit si jamais une possibilité se présente, et quelle qu'elle soit, nous l'étudierons. Bien entendu, étant donné qu'il s'agit d'une compétition sportive, tout changement ne sera possible que si tout le monde est d’accord, mais d'après les conversations que j'ai eues avec les équipes tout le monde veut faire autant de courses que possible, dans des conditions égales pour tout le monde."

À lire aussi