Dortmund-Monaco - chuchotements, effroi, solidarité : récit d'une étrange soirée vue de l'intérieur du Signal Iduna Park

Deux heures avant le coup d'envoi prévu de ce quart de finale aller de la Ligue des champions entre le Borussia Dortmund et Monaco, les mêmes odeurs que d'habitudes virevoltaient sur le parvis du Signal Iduna Park. Celles de bières partagées, de saucisses grillées et surtout celle qui annonce les grands matches. Mais alors qu'il prennaient la route, les joueurs du Borussia Dortmund ont été visé par une attaque aux explosifs. Au point de rendez-vous, à une dizaine de kilomètres de l'hôtel des joueurs allemands, la rumeur est sortie de manière presque occulte avant de prendre de l'épaisseur, de courrir dans les couloirs de l'enceinte, d'occuper toutes les conversations puis, fort malheureusement, de se confirmer.

Ce que l'on sait des explosions

Des premières rumeurs au report : une heure de flottement

À 19h30, les sifflets des supporters allemands disparates accompagnaient les pas de Valère Germain, Kylian Mbappé ou Thomas Lemar venus reconnaître la pelouse. Les joueurs du Borussia n'y étaient pas. "Apparemment le bus de Dortmund n'est pas encore arrivé", a-t-on d'abord innocemment soufflé. Puis la première explication intrigante est apparue, provoquant des chuchotements parmis les plus alertes : il y aurait eu une explosion sur la route qu'empruntait le bus. Les bourgeons de ce genre fleurissent souvent bien trop vite. Le bus aurait été attaqué par des projectiles, un joueur serait blessé. Les pas tranquilles des journalistes se sont subitement accélérés dans les couloirs du Signal Iduna Park. Plusieurs explosions ont retenti sur le passage du bus, Marc Bartra, un des défenseurs centraux du Borussia, serait touché et aurait été transporté à l'hôpital. 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages