Dovizioso : Même avec le bon pneu, seul le top 5 était possible

Léna Buffa
·5 min de lecture

Après sa colère consécutive à une Q2 manquée de peu alors qu'il commençait tout juste à se sentir plus performant, s'est dit plutôt satisfait de conclure le Grand Prix d'Aragón à la septième place, six crans plus haut que son rang de départ.

"Au final, on a obtenu le maximum possible et j'en suis content. Particulièrement parce qu'en Aragón il est très difficile de dépasser alors j'ai été très surpris d'être huitième au premier tour", admet-il auprès du site officiel du MotoGP, satisfait d'avoir gagné cinq places dès la première boucle puis d'avoir réussi à terminer en tête du peloton au terme d'une longue bagarre.

Andrea Dovizioso, Ducati Team

Andrea Dovizioso, Ducati Team<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Andrea Dovizioso, Ducati TeamGold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

"Ce week-end, on n'a pas eu la possibilité de vraiment travailler, car trois des séances ont été extrêmement froides et dans ces conditions on détruit le pneu soft. On ne comprend pas pourquoi mais, par rapport aux autres, les pilotes Ducati ont détruit leur pneu et on n'a pas eu la possibilité de travailler", regrette-t-il. "En n'ayant pas de passages fluides en milieu de virage, on utilise plus le maximum de l'angle et c'est là qu'on marque le pneu et ensuite on ne peut plus travailler, on ne peut rien faire avec les réglages. Que ce soit dans l'approche du freinage, l'entrée, la sortie, le pneu ne fonctionne plus, c'est donc un peu compliqué."

"On n'a vraiment commencé à travailler qu'aux EL4. […] Jusqu'aux EL4 on était très mal en point, puis on a progressé et ensuite il s'est passé ce qui s'est passé en qualifs, et finalement on a récupéré une situation comme peu en auraient été capables", estime-t-il. "On doit être contents de cela, même si ça n'est pas une nouveauté en ce qui concerne la manière dont on aborde le week-end. Seulement ça ne suffit pas. Nos adversaires sont forts, ils gagnent des courses et se battent tout le temps pour le podium."

De précieuses données à étudier chez Zarco

Aragón offre aux pilotes une opportunité de se racheter, avec un deuxième Grand Prix au programme le week-end prochain. Cette situation, déjà connue au Red Bull Ring et à Misano, n'a jusqu'à présent pas bénéficié à Dovizioso. Cette fois, cependant, il estime que le poids qu'ont eu les conditions climatiques dans sa performance pourrait lui permettre d'inverser la tendance. "Il ne s'agit pas juste d'affiner, il y a une marge de progression", prévient-il.

"Ce sera difficile parce qu'à chaque double course cette saison, nos rivaux ont beaucoup progressé. Mais je crois que s'il fait un peu plus chaud le week-end prochain, on aura un peu plus de marge de progression que nos adversaires", affirme le pilote italien. "Si on regarde les doubles courses de cette année, ça a toujours été négatif pour nous. Mais ce week-end, vu le froid qu'il y a eu et le peu que l'on a pu travailler par rapport aux autres motos − car toutes les Ducati étaient toujours derrière et il y avait une explication technique à cela − , à mon avis on a un peu plus de marge."

Lire aussi :

La dégringolade de Quartararo provoquée par un pneu "incontrôlable"

"Ce dont on a besoin, c'est de la chaleur. Je ne sais vraiment pas si on l'aura, mais on a vraiment besoin de ça. [...] J'espère qu'on connaîtra un week-end calme car on aurait alors plus de séances pour travailler, alors que ce week-end on a uniquement eu les EL4", souligne-t-il, déjà prêt à envisager l'utilisation du pneu tendre pour dimanche prochain.

"Les pneus Michelin sont très sensibles à la température et il faut être bons dans ce domaine pour prendre la bonne décision le week-end prochain", prévient-il. Et durant les quelques jours de battement, Dovizioso compte commencer sa préparation en allant creuser dans les données de Johann Zarco qui, avec un pneu tendre, a dépassé ses attentes en terminant dixième dimanche.

"On n'a peut-être pas fait le meilleur choix à l'arrière, mais on n'avait pas eu cette chaleur jusqu'à la course, et pour nous les pneus tendres se détruisaient et s'usaient plus, alors on a fait ce choix pour cette raison. Mais la course de Zarco nous servira assurément", concède-t-il. "C'est très positif, car on dispose des données de toute la course, on peut voir comment il a piloté mais surtout ce qui s'est passé avec le pneu avec la température qu'il y a eu en course."

Le bon choix de pneus pour la course ne sera toutefois que l'ultime élément à apporter à la préparation et c'est sa performance globale que le pilote Ducati espère voir en hausse dès les essais, avec à la clé une meilleure qualification. "Il sera très important de partir des deux premières lignes. Mais avant cela, il faut que l'on soit plus rapides dans certains domaines. Je perdais beaucoup de temps au début de la course, et je n'étais pas rapide dans certains virages, or quand ça arrive dès le début vous êtes fichu", pointe-t-il.