Dovizioso remplaçant de Márquez ? "Tout le monde va trop vite"

Léna Buffa
·4 min de lecture

Le jour-même où confirmait que la saison 2020 se terminerait sans lui. Depuis, les spéculations se sont multipliées, notamment dans la presse italienne, au sujet d'une hypothétique troisième opération dont aurait besoin le champion espagnol afin de remédier à la blessure qui l'a mis hors-jeu cette année, de quoi susciter des inquiétudes non plus seulement pour cette fin d'année mais déjà pour 2021, bien qu'aucune information n'ait été fournie en sens par le #93 ou son équipe.

Lire aussi :

Dovizioso annonce qu'il prend une année sabbatique en 2021 Marc Márquez choisit de repousser son retour à 2021

À l'heure de répondre aux questions de la presse, jeudi à la veille du Grand Prix de Valence, Andrea Dovizioso n'a pu échapper aux interrogations portant sur ce guidon, qui sans être officiellement libre n'est pas tout à fait occupé non plus pour le moment… Le pilote italien a toutefois coupé court aux spéculations, rappelant qu'il était très prématuré de l'imaginer remplacer Márquez en 2021 pour le moment.

"Je pense que tout le monde va trop vite", a-t-il prévenu. "D'abord, je pense que personne ne connait les détails de ce qui se passe avec Marc, y compris moi. Deuxièmement, je ne pense pas qu'ils vont prendre une décision aujourd'hui pour l'année prochaine. Et troisième, je suis libre, alors on verra, ce sont les sports mécaniques.

"Le fait que je sois libre ne signifie pas que je vais y aller s'ils m'appellent, je vais y réfléchir", a précisé le pilote de Forlì, rappelant ce qui lui tient à cœur pour l'année prochaine : faire du motocross. "Cela dépend aussi de ce qu'ils auraient à me proposer, et je déciderai. J'ai déjà dans mes plans de faire du motocross et je vais essayer de travailler sur d'autres choses. Je ne sais pas si ça se fera, car le COVID-19 est une limite pour tout le monde, et personne ne connait vraiment l'avenir, mais ce qu'il y a de positif dans notre décision pour l'année prochaine c'est que je suis libre, alors on verra. Ceci dit, je pense qu'il est pratiquement impossible qu'on ne voie pas Marc de tout 2021."

"Dans l'éventualité où [Márquez devait être absent], il faudra voir si Honda pensera à moi et ensuite quelles seront les conditions. L'avantage du fait que je n'ai scellé aucun accord c'est que je suis libre, et être libre permet de faire n'importe quel choix. Cela veut dire tout et rien. Je suis en train de m'organiser pour faire ce que j'ai envie de faire l'année prochaine, en termes d'amusement et d'entraînement, et de projets avec mes sponsors. On y travaille, et ensuite ce sont les sports mécaniques : beaucoup de choses peuvent changer rapidement. On verra et on va de toute façon se concentrer et travailler pour 2022."

Dovizioso a par ailleurs confirmé avoir été en contact avec le HRC ces dernières semaines, dans le cadre des discussions ouvertes par l'annonce de son départ de Ducati, alors que, dit-il "tout le monde a essayé de [l'avoir] comme pilote d'essais". "On a parlé, mais pas cette semaine, c'était il y a déjà un mois", a-t-il précisé. "Comme avec d'autres propositions, il y avait différentes raisons pour que ça ne se fasse pas. En tout cas, je suis très heureux de ressentir ce soutien."

Aprilia, pas le bon projet actuellement

Autre contact sur lequel Dovizioso s'est un peu plus ouvert qu'il ne l'avait fait jusqu'à présent, celui qu'il a eu avec Aprilia, où une place restait à pourvoir dans l'attente du verdict dans l'affaire Iannone − un verdict également tombé mardi. "J'étais très heureux d'avoir le soutien d'Aprilia. On a déjà parlé par le passé. Ça n'était pas tout à fait vrai qu'on attendait Iannone", a-t-il précisé. "Ils m'ont tout de suite fait comprendre qu'ils étaient très intéressés, et ça m'a vraiment fait plaisir, mais pour moi une chose a toujours été claire et c'est resté inchangé."

Ce qu'évoque ici le pilote italien, c'est son souhait de ne rejoindre qu'un programme lui permettant de se battre aux avant-postes. "Je ne pense pas que ce soit pour le moment la situation dont j'ai besoin pour ma carrière. Je pense qu'ils font du très bon travail, compte tenu du budget qu'ils ont, car il n'est pas aussi grand que celui de Honda, Yamaha ou Ducati, mais le niveau du MotoGP est très élevé et c'est très difficile. J'ai déjà connu cette situation avec Ducati au début de notre relation. Le MotoGP, c'est dur. Ce n'est que quand on est dedans qu'on peut comprendre tous les détails et à quel point c'est difficile. Ils font du très bon travail, mais en ce moment ce n'est pas ce dont j'ai besoin et c'est pour cela que j'ai pris cette décision."