Drame de Furiani : faut-il arrêter de joueur le 5 mai ?

SO FOOT
So Foot

Le 5 mai 1992, quelques minutes avant la demi-finale de Coupe de France entre le SC Bastia et l'Olympique de Marseille, la tribune Armand-Césari du stade Furiani s'effondre. Ce soir-là, elle emporte avec elle 18 âmes, en blesse 2357 autres, déchirant ainsi le cœur de la Corse, ses habitants, et naturellement celui de tout le reste de la France. Ceux qui ont assisté à la scène de près ou depuis leur télévision conservent un sentiment d'horreur toujours présent aujourd'hui. À la suite de ce drame qualifié de plus grande tragédie du sport français, le président en fonction, François Mitterrand, avait alors promis dans l'émotion : "On ne rejouera plus au foot un 5 mai." Promesse rapidement tombée aux oubliettes. Vingt-huit ans après les faits, des rencontres sont jouées chaque année à cette date, au plus grand désespoir des victimes et de leurs familles. " Il y a beaucoup de matchs qui ont eu lieu le 5 mai, il y a même des finales…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi