Drame du Moustoir : la société prestataire condamnée pour homicide involontaire

L'accident mortel s'était produit en marge de la rencontre entre Lorient et Rennes, au stade du Moustoir, le 20 décembre 2020. (V. Michel/L'Équipe)

Un bénévole avait été tué lors de la chute d'une rampe de luminothérapie en marge d'un match de Ligue 1 au stade du Moustoir de Lorient, fin décembre 2020. La société qui l'exploitait et deux de ses dirigeants ont été jugés lundi coupable d'homicide involontaire et de travail dissimulé notamment.

Le tribunal de Lorient a déclaré la société Sportingsols coupable d'homicide involontaire et de travail dissimulé dans le drame du Moustoir, qui avait coûté fin 2020 la vie à Yohann Essirard, 36 ans. Il avait aidé son jeune demi-frère, employé lui de la société, à manipuler ce qu'il appelait « la brouette », plus précisément une rampe de luminothérapie de 465 kg qui s'était affaissée subitement quand toutes les roues s'étaient retrouvées dans le même axe.

L'accident s'était produit après un match de Ligue 1 entre Lorient et Rennes (0-3) le 20 décembre 2020, à huis clos, en pleine période de Covid, où seuls quelques invités et travailleurs étaient autorisés en tribunes. L'enquête avait révélé que des butées de sécurité manquaient sur les rampes, cisaillées par les ouvriers pour se faciliter le travail.

Six mois de prison avec sursis et 117 500 euros d'amendeLes débats, le 19 septembre, qui avaient duré sept heures, avec diffusion du film du drame, avaient essentiellement porté sur la notion de travail dissimulé. Yohann Essirard, « toujours là pour aider » avait courageusement rapporté sa veuve, n'aurait jamais dû fouler la pelouse pour participer à une manoeuvre délicate.

Le procureur, très sévère à l'égard des deux dirigeants de Sportingsols, Loïc Paul et Robert Jobart, qui soutenaient que les employés avaient agi de leur propre initiative, avait réclamé six mois de prison avec sursis. Il a été suivi par le tribunal. S'y ajoute un total de 117 500 euros d'amende. La société, « très surprise » et « déçue », pourrait faire appel.

lire aussi : Le FC Lorient ne sera pas poursuivi après le décès d'un bénévole