Droits TV : l'appel d'offres pour la diffusion de la Ligue 1 lancé à l'automne 2023

À l'occasion du festival « Demain Le Sport », Vincent Labrune, le président de la LFP, a annoncé jeudi un lancement du prochain appel d'offres des droits de diffusion de la Ligue 1 « à l'automne 2023 ».

« Le foot français dans le Big 4 ? » C'était jeudi matin le thème de l'intervention de Vincent Labrune dans le cadre du festival Demain Le Sport, organisé par L'Équipe, France Info et France Télévisions.

lire aussi

Phelps, JO, Galtier... Les temps forts du festival Demain Le Sport

Au coeur de sa démonstration, le président de la Ligue de football professionnel (LFP) a annoncé une date particulièrement attendue, celle du lancement du prochain appel d'offres pour les droits de diffusion de la Ligue 1, pour le cycle 2024-2028. « Ce dernier se déroulera à l'automne 2023 », a-t-il assuré.

Vincent Labrune, président de la LFP

« L'idée est de nous professionnaliser en tant qu'entreprise à tous les niveaux »

Pour réussir à réévaluer le montant du contrat actuel (624 M€ par saison réglés par Amazon, Canal+ et Free), consécutif à la défaillance de Mediapro (qui avait promis à lui seul plus de 800 M€) au cours de la saison 2020-2021, Labrune compte notamment sur la filiale commerciale de la LFP, lancée au printemps dernier, avec le fonds d'investissement CVC comme partenaire « actif » économique (il détient 13% des parts contre 1,5 milliard d'euros) et stratégique.

« L'objectif est d'injecter des liquidités, mais surtout de nous maintenir dans la compétitivité, a expliqué l'ancien président de l'OM. L'idée est de nous professionnaliser en tant qu'entreprise à tous les niveaux, grâce au soutien d'un partenaire référent qui, au-delà de l'apport de liquidités, doit nous permettre de passer un cap et d'accélérer la croissance de nos revenus en mettant en place des méthodes nouvelles qui doivent mieux valoriser nos atouts dans le futur. »

Ces derniers sont néanmoins déjà nombreux, selon le président de la Ligue, qui cite tour à tour : « une France championne du monde en titre du sport numéro 1 au monde », « une Ligue 1 plateforme de stars internationales, que ce soit Messi, Neymar ou notre icône nationale Kylian Mbappé que je remercie chaleureusement d'être resté en L1 », « des stades remarquables rénovés à l'occasion de l'Euro 2016 », « des investisseurs de premier rang qui se sont portés acquéreurs de nos principaux clubs », et notamment « du Qatar au PSG, un chance incroyable que nous ne pouvons en aucun cas banaliser ».

Revenus internationaux, Fantasy League, NFT, chaîne OTT : les priorités de Labrune

Pour Vincent Labrune, l'attractivité de la Ligue 1 passera justement par la « capacité à créer un groupe de 5-6 clubs performants autour du PSG » et à « donner de la force aux équipes européennes pour être performantes en Europe ». Outre les droits domestiques, « la croissance des revenus internationaux est une priorité absolue dans le business plan de notre filiale commerciale, a-t-il insisté. C'est en boostant sensiblement nos revenus internationaux que nous serons en capacité d'attirer plus de talents, de conserver les nôtres plus longtemps chez nous. » Actuellement, le contrat des droits internationaux (2018-2024) rapporte environ 80 M€ par an à la Ligue française, contre par exemple dix fois plus pour la Liga espagnole.

Afin de mieux promouvoir le spectacle de la Ligue 1, Vincent Labrune compte aussi intégrer davantage « l'innovation technologique dans la consommation du sport », de son sport, avec du « sportainment ». « Le digital sera un bloc clé de notre stratégie, en mettant les fans au coeur de celle-ci, précise-t-il. Pour cela, nous allons lancer dans les prochaines semaines une Fantasy League ambitieuse, ainsi que notre offre NFT. Et surtout, nous lancerons prochainement notre chaîne OTT. » Un projet amorcé par son prédécesseur Didier Quillot, à l'époque intitulé « My Ligue 1 », et qui n'avait finalement pas vu le jour... Vincent Labrune a ajouté qu'il faudrait certainement « dépoussiérer et rebaptiser la marque Ligue 1 », sans en dire plus.

Si l'actuel président de la LFP situe la France comme « cinquième nation européenne », il affiche l'ambition « d'ici cinq ans d'être non pas Top 4, mais sur le podium européen, aussi bien en termes de résultats sportifs que de revenus ». Rendez-vous donc à l'automne 2023 pour les premiers éléments de réponse.

lire aussi

Toute l'actu de la Ligue 1