Le DTN du hand estime que les Bleus "n'ont pas besoin de changer de moteur"

Le handball français veut rester confiant. Prématurément éliminés du championnat d'Europe, après les défaites contre le Portugal (28-25) et la Norvège (28-26) et une victoire comptant pour du beurre contre la Bosnie-Herzégovine (31-23), les Bleus sont rentrés dans l'Hexagone. L'occasion pour le directeur technique national Philippe Bana, au micro de RMC Sport, d'évoquer les "sentiments mêlés" du groupe et de faire le point sur l'avenir.

"Il y a de la tristesse, de la souffrance, de la révolte, aussi, parce qu'on sent bien que cette équipe est en gestation, qu'on est dans une continuité, qu'il y a une attente, que les gens demandent beaucoup de nous. (...) En même temps, il y a de la lucidité. C'est un échec assumé, qu'on a co-fabriqué avec les joueurs", observe-t-il.

Des ajustements sur des "petits détails"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Si l'équipe a été marquée, Philippe Bana insiste sur la solidarité et la cohésion affichée malgré la contre-performance. Le groupe s'est d'ailleurs réuni à la Maison du Handball, à Créteil, pour faire un dernier point jusqu'à jeudi matin. "Ça marquera les esprits, ça marquera notre relation qui doit être tout de suite tourné vers l'avenir. On avait pas envie que ça se finisse en eau de boudin. Didier Dinart a insisté là-dessus. On a besoin de passer du temps ensemble pour analyser, comprendre, trouver. Plus on passera de temps ensemble humainement, mieux on se portera. Les joueurs ont accepté tout de suite cette idée...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi