"Ducati a plus besoin de Dovizioso que Dovizioso n'a besoin de Ducati"

Léna Buffa
motorsport.com

Rares sont les pilotes qui disposent d'un contrat au-delà de 2020, et pourtant les trois principaux concurrents de Ducati ont déjà fait main basse sur une voire deux pépites afin d'assurer leur avenir. Yamaha a verrouillé son line-up officiel en associant pour quatre saisons supplémentaires.

Vice-Champion du monde ces trois dernières années, aurait déjà pu avoir un contrat en poche à cette date si la saison s'était déroulée normalement, seulement le contexte très particulier d'un championnat qui pourrait ne débuter que cinq mois plus tard que prévu a placé le pilote italien dans une situation étrange. Ses options possibles sont de prolonger avec Ducati pour une union qui atteindrait alors probablement le cap des dix ans, ou alors chercher la nouveauté au sein d'un constructeur moins affûté puisqu'il est probable que seuls KTM et Aprilia auraient encore des places à lui proposer dans leur équipe officielle respective. Le projet autrichien, pour son avancée mais aussi son sponsoring, aurait en ce sens quelques atouts d'importance à faire valoir.

Si Ducati a fait savoir ces dernières semaines que la place de Dovizioso n'était pas à remettre en question, selon son manager le numéro 4 est "ouvert à tout" et n'est "pas pressé". Et Simone Battistella place ainsi son pilote en position de force dans les discussions à mener avec Ducati, expliquant dans les colonnes du journal As : "Ducati a plus besoin de Dovizioso que Dovizioso n'a besoin de Ducati. Et ce n'est pas uniquement le besoin d'un pilote, mais aussi celui d'un projet technique."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lire aussi :

Viñales : Ducati ? "J'y ai pensé, c'est une moto adaptée à mon style"Comment Ducati s'est fait dépasser sur le marché des transferts

Le fait est également qu'Andrea Dovizioso est le troisième pilote le plus âgé du plateau et, à l'instar de ses deux aînés (Valentino Rossi et Cal Crutchlow), il a suffisamment laissé ces derniers mois la porte ouverte à l'éventualité de prendre sa retraite, que cela devient l'une des options récurrentes évoquées par les observateurs, mais aussi par ses adversaires. Simone Battistella assure toutefois que le désir de son pilote est incontesté : "Andrea veut continuer à courir, bien sûr, mais il ne fait rien pour le moment parce qu'il veut voir comment les différents projets se développent."

"Il n'entamera aucune négociation avant la mi-mai ou la fin du mois", prévient le manager, qui assure que son pilote n'a pas pris la mouche en venant à connaître l'intérêt que Ducati a pu manifester pour Maverick Viñales, Fabio Quartararo ou encore Joan Mir ces derniers mois. "Cela ne le gêne pas que Ducati ait essayé de recruter des pilotes comme Maverick ou Quartararo, et qu'ils soient toujours attentifs à ce que fait Márquez, tout comme cela ne le dérangeait pas à l'époque qu'ils aient signé Lorenzo ou d'autres. Il comprend que son constructeur doive être à l'affût des jeunes qui montent."

D'aucuns pourraient aussi penser que les tensions qui ont éclaté au printemps dernier entre Andrea Dovizioso et Gigi Dall'Igna − l'un arguant que la maniabilité de la moto devait être au cœur du développement, là où l'autre voulait retrouver de la vitesse de pointe − pourraient être annonciatrices d'une prochaine séparation, mais là aussi le manager tempère. "La chose la plus importante pour Andrea au moment de prendre une décision, c'est le projet et les personnes qui l'accompagnent", souligne-t-il. "Il est vrai qu'il y a eu des tensions entre Andrea et Gigi, mais c'est une tension professionnelle qui a contribué à renforcer le projet. La priorité qu'ils ont tous les deux n'est pas d'imposer leur propre volonté mais de gagner, ils veulent tous les deux y arriver."

Lire aussi :

Zarco espère que la situation "peut tourner à son avantage"Petrucci dans l'attente : négociations reportées à l'été

À lire aussi