Comment Ducati s'est fait dépasser sur le marché des transferts

Oriol Puigdemont
motorsport.com

En l'espace de trois jours, du 28 au 30 janvier, Yamaha a mitraillé ses annonces, définissant pierre après pierre les fondations de son line-up futur, grâce auquel le constructeur d'Iwata entend retrouver un rôle de protagoniste dans le championnat. Il y eut d'abord le renouvellement inattendu de comme pilote d'essais.

La marque aux trois diapasons a brisé toutes les chaînes qu'elle s'était imposées ces dernières années, tout en verrouillant pratiquement le marché des équipes d'usine tout en verrouillant pratiquement le marché des équipes d'usine jusque fin 2022. Le constructeur japonais a avancé ses pions avant Noël, en assurant le prolongement de Viñales, son pilote le plus rapide et le seul qui ait pu apporter des succès à Iwata au cours des deux dernières saisons, et en recrutant au sein de son équipe d'usine Quartararo, le diamant brut dont tout le monde parle, en qui certains voient même le véritable anti-Márquez. Les effets collatéraux des pièces placées par Yamaha ont été ressentis chez certains concurrents d'Iwata plus que chez d'autres, et au siège de Ducati on a encore du mal à se faire à cette idée.

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Motorsport.com

Ainsi, lorsque Motorsport.com a demandé à Paolo Ciabatti dans quelle mesure Ducati basait sa future stratégie sur l'arrivée du pilote espagnol, la réponse du directeur sportif du constructeur n'a laissé que peu de doutes sur le fait que le #12 était bien dans les plans des Rouges pour 2021 : "Ducati pensait que Viñales pourrait être un pilote intéressant pour notre avenir, mais maintenant il n'est plus disponible. Compte tenu de cela, il est clair que nous avons une carte de moins à jouer. Il n'y a pas beaucoup d'options."

La relation entre Viñales et Yamaha a pris un tournant à 180° entre la dernière course de 2019, fin novembre, et les dix premiers jours de décembre. Avant cela, les déclarations du pilote de Roses ainsi que d'autres indicateurs semblaient le mener directement vers Borgo Panigale. Comme Motorsport.com a toutefois pu le découvrir, Ducati a bel et bien fait part au Catalan de son intérêt, cependant le manque de détermination alors affiché a coïncidé avec une proposition venue des bureaux japonais de Yamaha, dont les responsables ont réagi lorsqu'ils ont été informés par l'environnement le plus proche du pilote de son intention de changer d'air. Le nouvel accord a été conclu la première semaine de décembre lors d'une visite éclair de Viñales au Japon, alors que tout le monde se trouvait en vacances. Quand Ducati l'a découvert et a voulu réagir, il était trop tard.

Lire aussi :

Mis KO par le Qatar 2019, Quartararo mise aujourd'hui sur le mental

Il y a encore quelques semaines,  semblait avoir fait son temps en tant que leader du constructeur italien, pourtant les derniers mouvements du marché des transferts font maintenant penser que l'union pourrait se prolonger. Le pilote italien fêtera le 23 mars ses 34 ans, lui qui a passé ces sept dernières années sur une Desmosedici. "Sur les cinq pilotes qui ont remporté un Grand Prix en 2019, nous en avons deux. Il est vrai que Dovi aura 34 ans, mais il a également terminé deuxième ces trois dernières années et a été le seul à pouvoir rivaliser avec Marc pour le titre", rappelle Ciabatti.

Le directeur sportif de Ducati Corse est par ailleurs conscient du peu d'alternatives qui s'offrent à lui. "Il y a Danilo [Petrucci], qui devrait constamment être dans le top cinq. Puis il y a Jack [Miller], qui est un immense talent, et Pecco [Bagnaia]. Et aussi Zarco, qui a un contrat avec nous. Nous devons chercher le meilleur dans ce qui est disponible", énumère le responsable, confirmant en quelque sorte l'impression que Ducati s'y est peut-être pris un peu tard et devra quoi qu'il arrive choisir parmi ses pilotes actuels.

À lire aussi