Eden Hazard, de retour avec la Belgique : « J'ai encore de belles années »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Eden Hazard lors de son dernier match avec la Belgique en novembre face à l'Estonie (3-1). (Vincent Van Doornick/Isosport/Presse Sports)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après trois saisons compliquées au Real Madrid, Eden Hazard, de retour en sélection après avoir manqué le rassemblement de mars, espère rebondir s'il est débarrassé de ses soucis physiques.

À peine quarante-huit heures après les festivités madrilènes liées au quatorzième succès en Ligue des champions, Eden Hazard, 31 ans, a participé ce mardi soir à son premier entraînement collectif avec la Belgique. Blessé et en échec sportif au Real depuis trois saisons, le capitaine des Diables Rouges a pleinement conscience que 2022-23 démarre en juin avec quatre rencontres de Ligue des nations en onze jours.

« Vous venez de dire aux supporters du Real (*) que vous donnerez tout la saison prochaine...
Il n'y avait rien de prémédité. Je ne sais plus qui me donne le micro. Peut-être Karim (Benzema). J'ai exprimé spontanément ce que je pensais. J'ai fait court. Tout le monde a compris le message.

(*) « Madridistas, je suis ici depuis trois ans et j'ai connu de nombreuses blessures et beaucoup de choses... Mais l'année prochaine, je vais tout donner pour vous. »

Votre saison 2022-23 débute-t-elle avec l'équipe nationale et cette Ligue des nations 2022 ?
En fait, elle a débuté depuis trois ou quatre semaines. Au lendemain de l'opération (il s'est fait retirer une plaque au péroné) et quand j'ai repris l'entraînement. Je savais que ce serait compliqué de rejouer lors des derniers matches. Mais, dans ma tête, je voulais être prêt pour la saison prochaine. Je ne sais pas si je vais jouer les quatre prochains matches avec la sélection(Pays-Bas, Pologne aller-retour et pays de Galles). Depuis quatre ou cinq mois, j'ai dû disputer 45 minutes à tout casser (66 depuis début février, toutes compétitions confondues). Là, le but est de retrouver des sensations.

Toute votre carrière, vous avez réussi et été salué par vos pairs. Comment vivez-vous l'échec depuis trois saisons au Real Madrid ?
C'est compliqué. Quand j'y suis arrivé, ma carrière était déjà très belle. J'étais en super forme dans le meilleur club du monde. Et ça fait trois ans que ça ne se passe pas bien. Je suis un peu triste, déçu. J'ai quand même la chance d'être dans un club qui me permet de gagner, comme cette semaine. Il y a beaucoup de mauvais sur le plan personnel. Mais pas tout.

J'ai aussi rencontré de supers personnes, joué avec de supers joueurs même si ce n'était pas longtemps. J'ai encore deux ans (de contrat) à faire. Toutes les conditions semblent réunies pour que je puisse rejouer mon jeu. Je n'ai plus de problème de cheville. J'aspire juste à une bonne préparation physique et mentale et à montrer la saison prochaine que ce n'est pas fini.

« Si dans les quatre prochains mois, j'ai de nouvelles blessures, je vais arrêter la sélection après la Coupe du monde »

Depuis trois saisons, l'environnement demande votre départ, évoque l'échec industriel, raille votre hygiène ou votre rendement. Pourquoi insistez-vous chaque été pour rester au Real ?
Je n'ai jamais eu envie de partir. Déjà, je sais que je peux apporter beaucoup. Si j'arrive à retrouver mon niveau. Je n'étais pas dans les meilleures dispositions pour m'exprimer pleinement sur le terrain. Le club le sait. Cela fait deux ans que je leur dis que ma plaque sur ma cheville me gênait. Il y a eu un souci sur la rééducation (après la première opération aux États-Unis où la plaque a été posée). Puis le confinement. Je ne vais pas revenir dessus. Il faut juste espérer que j'aurais des minutes de jeu et je redeviendrai le joueur que j'étais.

L'objectif de la Coupe du monde avec la Belgique est-il un énième moteur pour vous ?
Comme avec mon club, on n'a pas vu un bon match de ma part depuis trois ans. À part contre le Portugal à l'Euro (1-0, 27 juin 2021). Et j'en sors blessé (87e). J'avais beaucoup d'espoirs pour cet Euro. On avait bien pris le temps. Ça m'a mis un coup au moral. J'avais tout fait, tout mis de côté pour être prêt. Et ça n'a pas marché. Avec la sélection, on a encore quelque chose de magnifique à faire en novembre et décembre.

Voir Karim Benzema actuellement vous laisse-t-il plus d'espoirs après ce qu'il a traversé au Real ?
Je suis persuadé que j'ai encore de belles années devant moi. Il faut juste que je retrouve la confiance sur le terrain, que j'enchaîne les matches, les entraînements. Pour faire une saison complète. Je n'ai pas de doute si c'est le cas. On verra comment mon corps réagit. J'en ai discuté avec ma famille. Si dans les quatre prochains mois, j'ai de nouvelles blessures, je vais arrêter la sélection après la Coupe du monde. Pour le moment, je ne sais pas. »

lire aussi

Eden Hazard à propos du Ballon d'Or : « Karim Benzema l'a gagné à 99 % »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles