Elena Rybakina après son sacre à Wimbledon : « Je ne savais pas quoi faire, j'étais sous le choc »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Elena Rybakina après son sacre à Wimbledon : « Je ne savais pas quoi faire, j'étais sous le choc »
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Elena Rybakina, inexpressive au moment de gagner le titre, a expliqué que sa nature calme, et le fait qu'elle ait été sous le choc, pouvait expliquer cette réaction. Avant qu'une question sur ses parents ne lui tirent des larmes en fin de conférence de presse.

« Ons Jabeur vient de dire en plaisantant qu'elle devrait vous apprendre à célébrer une victoire...
Mais ces deux semaines ont été tellement imprévisibles ! Et c'était un match tellement difficile mentalement et physiquement... À la fin, j'étais juste super contente qu'il se termine. Je ne croyais tout simplement pas que j'avais réussi.

Avez-vous déjà fait une célébration lors de l'une de vos grandes victoires ou est-ce toujours aussi calme ?
Je suis toujours très calme, alors... Peut-être que plus tard, quand je serai seule dans ma chambre, je pleurerais sans arrêt. Je ne sais pas (sourire).

lire aussi

La Kazakhe Elena Rybakina dispose d'Ons Jabeur et remporte Wimbledon

N'aviez-vous pas simplement envie de sauter sur place et de crier ?
Je ne savais pas quoi faire. J'étais sous le choc. Je savais au fond de moi que je pouvais le faire. Mais en même temps, c'était trop d'émotions. J'essayais juste de rester calme. Peut-être qu'un jour vous verrez une énorme réaction de ma part, mais malheureusement pas aujourd'hui (sourire).

Que pensez-vous de Ons Jabeur ?
C'est une très bonne personne. La première fois que nous nous sommes rencontrés, lors de l'un de mes premiers tournois WTA, j'étais là-bas avec mon père et je ne savais même pas où se trouvait le club de tennis. Et je l'ai rencontrée et elle avait été super gentille avec moi. J'ai beaucoup de respect pour elle.

Elena Rybakina

« Tout le monde peut y arriver, quelle que soit sa situation financière. Mes parents ont toujours cru en moi. »

Avez-vous pu profiter de l'expérience avec toute cette nervosité ?
Je n'ai pas apprécié autant que j'aurais dû. J'ai plus apprécié la demi-finale. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que j'avais très bien joué. Mais bien sûr, je me souviendrai toute ma vie de cette journée !

Que pensez-vous vous être prouvé ?
Peut-être qu'il n'est pas toujours nécessaire d'avoir une grande équipe dès le plus jeune âge parce que je n'en ai pas bénéficié jusqu'à mes 17, 18 ans. Tout le monde peut y arriver, quelle que soit sa situation financière. Mes parents ont toujours cru en moi. Ils ont d'abord voulu que je m'amuse sur le court, ce que j'ai toujours fait. Et j'ai eu la chance quand j'étais jeune d'évoluer dans un très bon groupe de joueuses, dans une ambiance de compétition, et d'amitié, aussi.

lire aussi

Stefano Vukov, coach d'Elena Rybakina après son titre à Wimbledon : « J'en étais sûr à 100 % »

Si les points avaient été attribués, vous auriez intégré le top 10. Est-ce que cette victoire va vous motiver à y arriver ?
Bien sûr. Peut-être que je ne suis pas dans le top 10 maintenant, mais je peux le faire. Et j'espère ne pas être seulement dans le top 10.

Vous avez mentionné vos parents. Avez-vous déjà eu l'occasion de leur parler ? J'imagine qu'ils auraient adoré être là pour le voir.
Non, pas encore.

Selon vous, quelle sera leur réaction ? Ils vont probablement être super fiers (en larmes).

Ça va ?
Oui. Vous vouliez voir de l'émotion non ? (rires). Je l'ai gardé trop longtemps en moi ! »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles