Des emballages comestibles à base d’algues remportent le prestigieux prix EarthShot

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

ENVIRONNEMENT - Comment éviter d’emballer boissons et aliments dans du plastique et réduire ainsi la pollution des sols et des océans ? Une entreprise cofondée par un Français a trouvé la solution : des emballages comestibles ou naturellement biodégradables, fabriqués à partir d’algues. Une idée qui vaut à la startup Notpla de remporter un des cinq prix Earthshot dimanche 4 décembre. Une distinction créée par le prince William en octobre 2020, pour récompenser des innovations bonnes pour l’environnement.

comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de cet article, Notpla est né de la volonté de deux étudiants au Royal College of Art de Londres de créer des emballages non nocifs pour l’environnement : « on a trouvé des extraits d’algues, et on s’est rendu compte qu’on pouvait créer des solutions qui étaient très proches de ce qu’on pouvait trouver dans la nature, et même éventuellement mangeables », se rappelle Pierre Paslier, l’un des fondateurs

« Atouts incroyables »

Leur emballage bulle, de la taille d’une grosse tomate cerise, créé à partir d’extraits d’algues selon un processus gardé secret, peut encapsuler toute sorte de liquides : de l’eau, des cocktails, ou des boissons énergétiques, comme celle distribuées par exemple en 2019 aux coureurs du marathon de Londres. Dans la bouche, sa texture une fois l’emballage fondu s’apparente à un bonbon gélatineux. Mais leur création peut imiter d’autres textures, comme le carton autour d’un plat à emporter.

Les algues « ont des atouts incroyables », pour Pierre Paslier. Elles « poussent très vite, certaines des algues qu’on utilise dans nos labos poussent de près d’un mètre par jour. (...) En plus de ça, il n’y a besoin d’aucune activité humaine pour les faire pousser, pas besoin de rajouter de l’eau potable ou des engrais. Les algues sont là depuis des milliards d’années, donc où que notre packaging finisse, la nature sait très bien comment déconstruire et réutiliser ces matériaux sans créer de pollution », vante l’ingénieur.

Notpla se veut une alternative parmi d’autres pour réduire la consommation de plastique. Selon un récent rapport de l’OCDE, au rythme actuel, la quantité de déchets plastiques triplerait d’ici 2060, à un milliard de tonnes par an, dont une grande partie pollue les océans, menaçant de nombreuses espèces.

A voir également sur le HuffPost :

Lire aussi