Emma Raducanu avant l'US Open : « Défendre un titre, c'est une idée des médias »

Emma Raducanu retrouve les courts de son exploit. (N. Luttiau/L'Équipe)

Il y a un an, Emma Raducanu remportait l'US Open à la surprise générale. La suite n'a pas été simple pour la Britannique, mais elle ne veut pas se laisser pas submerger par la pression qu'elle juge être « une idée des médias ».

« Que retenez-vous de votre parcours l'an dernier ?
Je pense que c'est une bonne indication du niveau de la nouvelle génération. Leylah (Fernandez) et moi sommes très jeunes et nous sommes là pour un bout de temps. Cela dit aussi à quel point il y a de la profondeur dans le réservoir féminin. Je pense que toutes les filles peuvent y arriver. J'étais classée 150e. Je pense aussi que ce fut une bonne chose de passer par les qualifications. C'est positif de bien des façons, surtout dans un Grand Chelem où on a un jour entre chaque match pour se reposer. Je pense que j'ai permis à beaucoup de joueuses de penser qu'elles pouvaient aussi y arriver. Peut-être qu'avant moi, il y avait ce sentiment que seules les toutes meilleures pouvaient remporter un Grand Chelem, mais avec Leylah nous avons montré que tout est possible.

lire aussi

Leylah Fernandez : « J'ai beaucoup appris »

Qu'est-ce qui a le plus changé dans votre vie ces 12 derniers mois ?
Le plus notable, c'est qu'il y a plus de personnes autour de moi. Avant, j'étais assez libre de faire ce que je voulais, quand je le voulais. Aujourd'hui, c'est différent. Mais je pense que c'est inévitable. C'est ce que j'ai dû gérer le plus, cette année. Mais je n'ai aucun regret.

Ressentez-vous de la pression à l'idée de défendre votre titre ?
Je crois que c'est quelque chose qui vous préoccupe bien plus que moi. Défendre un titre, c'est une idée des médias. Moi je prends les matches les uns après les autres. Chaque joueuse du tableau est très talentueuse. Je me concentre sur ce que j'ai à faire, sur mon chemin propre. Comme je le disais déjà l'an dernier, je fais les choses à ma façon. »

lire aussi

Les tableaux de l'US Open décryptés