Emmanuel Macron sur la Coupe du monde : « Il ne faut pas politiser le sport »

Emmanuel Macron aux côtés de Gianni Infantino et Vladimir Poutine en 2018. (P. Lahalle. /L'Équipe)

Le président français Emmanuel Macron a estimé jeudi qu'il ne fallait pas « politiser le sport » alors que la Coupe du monde de foot au Qatar continue de faire débat à quelques jours de son coup d'envoi.

« Je pense qu'il ne faut pas politiser le sport. Ces questions-là, il faut se les poser quand on attribue l'événement », a déclaré jeudi Emmanuel Macron, le président de la République française, alors que l'annonce de sa venue au Qatar si les Bleus arrivaient en demi-finales ou en finale a aussi fait des vagues.

lire aussi : Les Bleus ont découvert leur camp de base

Opposé au boycott

Il conforte ainsi la position de la FIFA, qui a demandé aux participants à la Coupe du monde de se concentrer sur le football. « S'il vous plaît, ne laissez pas le football être entraîné dans toutes les batailles idéologiques ou politiques qui existent », a écrit dans une lettre son président Gianni Infantino.

La première Coupe du monde jamais organisée dans le monde arabe, qui débute dimanche, suscite plusieurs polémiques, autant sur les conditions de vie des travailleurs locaux, l'impact sur l'environnement des stades climatisés et la place des femmes et minorités LGBTQ +. Ces critiques ont poussé certains supporters, surtout d'Europe occidentale, à boycotter la compétition.

lire aussi : Des supporters indiens présents au Qatar

Depuis Bangkok, Emmanuel Macron a insisté sur le fait que « c'était une très mauvaise idée de politiser le sport », en rappelant que Paris allait organiser les Jeux olympiques en 2024. Il s'était rendu en Russie en 2018 pour assister à la finale remportée par les Français contre les Croates. Trois ans et demi plus tard, la Russie déclarait la guerre à l'Ukraine et envahissait une partie de son territoire.

Par ailleurs, le président s'est également dit être opposé au boycott. « Je ne suis pas pour le boycott de la Coupe du monde. Ces questions-là, il faut se les poser avant, au moment où on a attribué des Jeux ou des compétitions », a-t-il déclaré face à des jeunes du lycée français réunis dans un stade de boxe thaï de la capitale. « C'est bon » pour le Qatar de recevoir le Mondial car la compétition « a fait avancer les choses » dans les réformes, a-t-il insisté.

lire aussi : Toute l'actualité de la Coupe du monde